Mons: l'ONU recrute à la Faculté de Traduction de l'UMons

L'EII sur le campus de l'UMons
L'EII sur le campus de l'UMons - © Google map

71 candidats passaient mardi un examen à la faculté de traduction et d'interprétation de l'UMons. Si l'ONU organise cette épreuve à Mons, c'est pour éviter aux candidats issus du Benelux de devoir faire le voyage jusque New-York. Cela résulte d’un partenariat entre l’organisation internationale et la faculté. Travailler à l’ONU, un rêve pour les interprètes et traducteurs ?

"C’est une opportunité super d’aller travailler à l’étranger, explique cette diplômée en traduction qui passe l’examen pour la seconde fois. C’est un métier très intéressant et très varié". Un autre enchaîne: "Moi c’est la 3ème fois que je participe. Je suis passionné par la traduction et l’ONU est vraiment un objectif dans ma vie. Cela implique un certain prestige d’y travailler, et je pense que l’on vit bien quand on travaille là-bas".

Et son camarade d’examen ajoute : "Et puis aussi pour la question des langues: où d’autre qu’a l’ONU peut-on se servir des langues comme ça ? Et surtout de la traduction. Si ça ne marche pas cette fois-ci, je réessayerai l’année prochaine". "Qui ne tente rien n’a rien, enchaîne une jeune fille. Il faut bien tenter sa chance, pas besoin d’avoir 50 ans d’expérience pour tenter sa chance à l’ONU. Moi j’ai fait l’EII, et quand on arrive ici, on rêve de la gloire et tout ce qui va avec. On pense donc directement à l’ONU et aux institutions internationales. C’est vrai que c’est un peu une fin en soi de travailler là".

L’ONU attire : certains candidats ont fait de la route pour passer l’épreuve de recrutement. "J’ai fait ma formation en traduction au Cameroun, explique ce traducteur africain. Aujourd’hui, je vis à Gand et je réalise un doctorat en traduction à l’ULB. En tant que traducteur, j’ambitionne bien sûr de servir la plus haute organisation internationale que le monde connaît. J’aimerai bien connaître ce monde-là, et puis c’est toujours dans la perspective d’une très belle carrière".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK