Mons: l'oeuvre d'Arne Quinze fait débat au conseil communal

Quelles seront les suites à donner à cette affaire? La fondation Mons 2015 tient ce mercredi soir un Conseil d’Administration qui va aborder le sujet. La fondation va-t-elle réclamer un dédommagement, entamer des poursuites ou régler tout cela à l'amiable? Le débat sera sans doute animé, voire houleux, ce mercredi soir, à la Fondation. Mais,… il se tiendra à huis-clos.

Les débats du Conseil Communal étaient eux évidemment public. Et en réponse aux nombreuses questions des Conseillers, Elio Di Rupo a répété soutenir la formule préconisée par la Fondation pour réparer le préjudice, à savoir la reconstruction par l’artiste d'une autre œuvre. "Une procédure judiciaire serait trop longue", a expliqué le bourgmestre.

Dans les rangs du Conseil pourtant, cela grince autant que ne l'avait fait le "Passenger" avant sa démolition... Même le partenaire MR n'est pas sur la même longueur d'onde, et plaide en faveur d'un remboursement, même à l'amiable.

Dans l'opposition, le CDH dit ne pas croire en la possibilité de concevoir et de reconstruire dans l'année une nouvelle œuvre stable. Un de ses conseillers se demande même s’il ne faudrait pas poursuivre devant les tribunaux l'organisme de contrôle qui a certifié l'installation, plutôt que l'artiste.

Chacun y est allé de ses remarques, de ses interrogations. Mais là où il y a unanimité, c’est sur l’importance du dommage occasionné. Un dommage pour la ville autant financier que moral.

Stéphanie Vandreck, Vincent Clérin

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK