Mons : l'ASBL "Les Cèdres" accompagne les étudiants à besoins spécifiques

Illustration
5 images
Illustration - © Google images

Francis Toubelis est sur le point d’entrer en deuxième année de psychologie à l’Université de Mons (UMONS). Après avoir fait le tour des coulisses du théâtre, il décide à 56 ans de se réorienter. Pourtant, sauter le pas n’a pas été facile : Francis est bipolaire, ce qui veut dire que ses émotions sont amplifiées. Il peut être euphorique un jour et dépressif le lendemain, ce qui lui cause entre autres de graves problèmes relationnels. Pour l’aider dans sa scolarité, il décide alors de faire appel à l’ASBL "Les Cèdres".

L’ASBL "Les Cèdres" : pour quoi ? pour qui ?

"Les Cèdres", c’est le centre de recherche et d’action de l’Université de Mons en faveur des personnes à besoins spécifiques. En clair, c’est une association qui offre une aide adaptée à divers types d’étudiants souffrant de déficience auditive, visuelle ou motrice ou de troubles de la santé, de l’apprentissage (dyslexie, dysphasie, dyspraxie, dysorthographie) ou du comportement (autisme). Et tout ça gratuitement : "Les étudiants doivent être reconnus mais ils ne doivent rien débourser", insiste la déléguée de la gestion journalière de l’ASBL, Daniela Benito-Ulibarri.

Daniela explique que les aides sont adaptées au profil de chaque étudiant : "Dans un premier temps, on rencontre l’étudiant et on analyse ce qu’on peut faire pour lui. On aide les personnes qui ont une déficience auditive en allant à certains cours avec eux et en prenant des notes à leur place. Pour les déficients visuels, on fait des agrandissements de documents et des impressions en braille. On s’occupe aussi des personnes dyslexiques en les aidant à restructurer leurs cours et en leur montrant des logiciels."

L’association a encadré une soixantaine de personnes lors de l’année académique 2016-2017. Victime de son succès, elle ne peut pas accompagner les élèves autant qu’elle le voudrait : "On ne peut malheureusement pas les suivre dans tous les cours 40h/semaine, on peut les suivre 15h/semaine, ce qui comprend les prises de notes, restructurations des cours et les explications supplémentaires", explique Frédéric Pizzoferrato, psychologue et coordinateur pédagogique à l’ASBL "Les Cèdres".

" Les Cèdres m’ont aidé à plusieurs niveaux "

Les étudiants ne font pas toujours appel aux associations dès le début de leur cursus. Soit ils ne sont pas au courant de leur existence, soit ils sont gênés à l’idée d’affirmer leur différence. "C’est pas évident de dire qu’on est élève handicapé quand on arrive à l’unif, que ce soit pour un jeune homme ou pour moi qui ai 56 ans, déclare Francis, donc la première année, j’ai décidé de cacher mon handicap." Une décision qu’il a bien vite regrettée : "Ce que j’aurais dû faire, c’est peut-être frapper à la porte directement. Je me suis rendu compte que vu mon âge, vu mon incapacité, vu mon handicap, je devais avoir un coup de main". Et ce coup de main, c’est au sein de l’association "Les Cèdres" que Francis le trouve. Les personnes qu’il y rencontre lui sont d’un grand soutien. Pour lui, c’est clair, l’ASBL est aussi agréable qu’efficace : "Les Cèdres m’ont aidé à plusieurs niveaux. J’ai trouvé un soutien administratif avec Daniela et un soutien relationnel auprès de psychologues compétents. Quand il y a un problème, ils sont là et ils écoutent."

Sans cette association, Francis le dit, il n’aurait pas pu terminer ses études.

Pour plus de renseignements sur l’association "Les Cèdres", vous pouvez consulter le www.umons.ac.be/LesCedres ou téléphoner au +32 65 373 373.

L’ASBL " Les Cèdres " n’est pas la seule association à aider les étudiants à besoins spécifiques. Des initiatives similaires existent au sein d’autres universités du pays, notamment à l’ULB, l’UCL, l’ULg et l’UNamur, mais aussi au sein de hautes écoles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir