Mons fait appel aux bonnes idées de ses citoyens

La plate-forme se veut conviviale et simple d'utilisation
La plate-forme se veut conviviale et simple d'utilisation - © CitizenLab - Ville de Mons

Jusqu’au 21 août, les habitants des 19 communes du grand Mons sont appelés à s’exprimer. Avec l’aide de la start-up CitizenLab, la Ville met à leur disposition une plate-forme sur internet (www.demain.mons.be). "C’est très simple, très intuitif. On s’inscrit en deux clics via Facebook, Twitter ou son adresse mail. Et on a directement un bouton très visible pour poster son idée", explique Alexandre Detroux, gestionnaire de la plate-forme. Il est aussi possible de découvrir les idées déjà publiées sur le site, de les commenter, de voter pour ou contre. Pour formulaires papier seront également envoyés aux montois.  Des rencontres citoyennes s’étaleront de juin à décembre. Des projets seront ensuite sélectionnés en fonction de leur faisabilité, de leur pertinence, et du succès qu’ils remportent évidemment sur la plate-forme. Leur concrétisation s’étalera jusqu’en 2025.

L’expérience liégeoise

Quelques heures après sa mise en ligne officielle, la plate-forme a déjà recueilli plusieurs dizaines d’idées, de souhaits, de propositions, de remarques, voire de plaintes et de critiques… Cela va de la création d’espaces verts à l’aménagement de pistes cyclables, en passant par la relance du commerce ou la présence de policiers en rue. Les montois se lâchent aussi parfois… "La plate-forme a un bon système d’auto-modération, précise son gestionnaire. Grâce au système de votes, chacun peut faire remonter les idées vers le haut ou les faire descendre en queue de peloton". Les "trolls", avec leurs messages polémiques et peu constructifs, ne seraient donc pas les bienvenus. Alexandre Detroux en donne pour preuve l’expérience similaire menée par CitizenLab pour la ville de Liège depuis un mois: "On est au-delà des 6000 visiteurs, c’est génial, et on est à environ 500 idées postées. C’est quelque chose qui a bien pris à Liège. Certaines idées sont très concrètes, très ciblées, et facilement réalisables. D’autres peuvent paraitre plus farfelues ou avec des objectifs de réalisation à moyen ou long terme".

Résultats en 2018

Mais pourquoi la Ville de Mons a-t-elle recours aujourd’hui à l’imagination des montois, alors que l’an dernier elle organisait déjà toute une série d’ateliers de réflexion autour de son projet de ville ? Les idées qui en sont ressorties sont-elles reléguées aux oubliettes? "Je pense qu’il y a aujourd’hui un grand désir des citoyens de s’exprimer, répond le bourgmestre Elio Di Rupo. Et en tant qu’élus, il est de notre responsabilité de leur permettre de s’exprimer (…) C’est une démocratie directe, interactive et contributive". Les résultats de cette consultation citoyenne et les grandes orientations du projet de ville 2025 seront présentés en janvier 2018, au début de l’année des élections communales. Timing suspect? La question énerve un peu le bourgmestre: "Les élections, c’est en octobre et pas en janvier! On doit continuer à travailler, à assumer nos responsabilités, et ne pas arrêter de respirer parce qu’à un moment donné, il y a des élections". Reste que certaines mauvaises langues verront là un beau vivier d’idées pour la confection d’un programme électoral…

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir