Mons: Elio Di Rupo adresse à la presse des vœux un brin amers

Le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) a eu des propos teintés d'une certaine amertume
Le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) a eu des propos teintés d'une certaine amertume - © RTBF - Philippe Walkowiak

 À quelques mois des élections communales d'octobre, le bourgmestre de Mons, Elio Di Rupo (PS) a adressé ce vendredi ses traditionnels vœux à la presse montoise, lors d'un discours teinté d'amertume. Le menu contenait tout de même quelques bonnes nouvelles.

Les piques d'abord

Ironisant sur le slogan de la liste "Mons en mieux" conduite par Georges-Louis Bouchez (MR), le bourgmestre -et président du PS- a lancé qu'"on est plus dans Mons en mal, pour diverses raisons", faisant référence à la transparence totale récemment réclamée, notamment, par l'association Transprencia demandant l'accès des citoyens aux documents de la ville. "Nous respectons la loi", a-t-il indiqué.

L'annulation du FIFA en travers de la gorge

M. Di Rupo est aussi revenu sur l'annulation du Festival international du Film d'Amour de Mons (FIFA) 2018, après des soupçons de harcèlement à la suite d'une lettre anonyme. "C'est une catastrophe, un préjudice considérable", a poursuivi Elio Di Rupo, "un scandale de voir de gens qui n'ont jamais rien fait pour le FIFA détruire un événement important pour Mons". Le rapport demandé par la Ministre de la Culture a récemment blanchi le FIFA et ses responsables.

Les "plus"

Au rayon des bonnes nouvelles, le bourgmestre de Mons a entre autres souligné que 63 millions d'euros étaient investis dans des travaux en cours à Mons, que quinze nouveaux policiers seraient engagés en 2018 pour accroître la sécurité, que les chiffres de la zone de police Mons-Quévy indiquent une baisse de la criminalité de 14,5% et des cambriolages de 30% en 2017. "Au niveau culturel, VisitMons annonce 100.000 visiteurs en 2017. Sur le plan commercial, le site des Grands Prés attire sept millions de visiteurs par an. 1.650 personnes y travaillent. Le problème de la désertion du centre-ville n'est pas propre à Mons mais nous l'avons pris en main et ça prend du temps: 35 millions d'euros y sont investis par le privé".

Les retards de la gare

M. Di Rupo a également évoqué le dossier de la gare de Mons, reconnaissant les retards dans la construction, à la suite notamment de plusieurs recours et à la faillite d'une entreprise italienne impliquée dans la fabrication des éléments de la charpente. "Tout le ferroviaire de la future gare est terminé et la structure de la charpente devrait être terminée en fin avril".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK