Mons 2015: qui va payer les 400 000 euros de la structure d'Arne Quinze?

Seules les bases de la structure restaient dimanche après le démontage.
Seules les bases de la structure restaient dimanche après le démontage. - © JOHN THYS - BELGA

L’œuvre d'Arne Quinze vient d'être démontée, et reste l'un des principaux sujets de conversations à Mons, car cela apparaît comme un énorme gâchis. "The Passenger" a en effet coûté 400 000 euros à la fondation Mons 2015. Qu'en est-il maintenant ? Y aura-t-il remboursement ? Les assurances vont-elles intervenir ?

La structure d'Arne Quinze était elle assurée ? Oui, évidemment. Mais en partie seulement, précise Yves Vasseur, commissaire de la Fondation Mons 2015.

"Nous étions complètement couvert, et Arne Quinze en complément, pour tout dégât causé par l’œuvre, dit-il. Pour un dégât matériel : une planche qui serait tombée sur une voiture par exemple. Mais également dégât humain et, là, heureusement, nous n'en avons eu aucun."

Mais cela concerne-t-il aussi un éventuel effondrement de l’œuvre ? "Non, c'est impossible d'assurer une structure de ce type."

Une œuvre bis ?

Les 400 000 euros semblent donc difficiles à récupérer, dans ce cas. À moins d'entamer une bataille devant les tribunaux. "Je pense qu'un bon accord vaut mieux qu'un mauvais procès", juge Yves Vasseur.

Le message a bien été reçu du côté d'Arne Quinze, qui ne veut pas non plus d'un procès, ni avec la fondation, ni avec ses fournisseurs de bois par exemple. "Non, je ne suis pas comme ça, réagit l'artiste. J'ai horreur de l'énergie négative. Il faut que j'avance."

Yves Vasseur défend une solution alternative, celle de donner un petit frère au "Passenger", de reconstruire, ailleurs dans Mons, une œuvre "bis". Arne Quinze est d'accord. "Créer quelque chose de beau, dit-il. Nous sommes en train d'étudier ce que nous pouvons faire de notre côté. On va revenir avec tout à fait autre chose, si on revient." Il précise que la nouvelle structure serait alors réalisée gratuitement.

C'est le conseil d'administration de la fondation qui tranchera. Pour l'heure, la priorité va à la préparation de la fête d'ouverture de Mons 2015.

Charlotte Legrand

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK