Mons 2015: les oeuvres de Van Gogh quittent le Bam, elles ont rapporté un million et demi à la ville

Après quatre mois au BAM, les toiles prêtées vont retrouver les cimaises des musées dont elles sont issus
2 images
Après quatre mois au BAM, les toiles prêtées vont retrouver les cimaises des musées dont elles sont issus - © Guillaume Guilbert

«Van Gogh au Borinage» c’est fini, ce dimanche l’exposition phare de Mons 2015 a fermé ses portes derrière les derniers visiteurs. Selon les organisateurs, 180.000 personnes (179.755 pour être tout à fait précis) ont visité l'expo au BAM, au Musée des beaux Arts de Mons, pour découvrir les premiers pas d'un artiste en devenir, de passage en terre boraine, fin du XIXème siècle.

Pour toutes les personnes directement impliquées dans cette exposition, c’est une page qui se tourne "ça va évidemment nous faire un petit peu bizarre, avoue Eglantine Bar qui était guide de cette exposition, ça nous a bien occupé durant plusieurs mois, c’était le premier gros événement Mons 2015, on est partagé, à la fois content et déçu que ce soit terminé".

La billetterie aura rapporté un million 531 mille euros. Un montant qui retourne dans les caisses de la Ville de Mons. Une convention avait été passée dans ce sens.
La ville avait déboursé 3 millions et demi pour remettre le Bam, le musée des Beaux Arts au normes. C'était en 2012 et c'était justement dans la perspective de l'expo Van Gogh.

Xavier Roland, le responsable du pôle Muséal ne cache pas sa satisfaction "c’est une exposition qui a rapporté en terme d’image, de notoriété et de compétence et maintenant l’acquit est là, on peut dire qu’on a gagné dix ans en travail de terrain, en reconnaissance au niveau des publics et des professionnels et ça c’est quelque chose d’inestimable".

Côté public, l’exposition semble avoir séduit un grand nombre de visiteurs venus parfois de très loin pour découvrir les premiers pas de l’artiste néerlandais. Le prochain rendez-vous fixé au BAM, sera "MONSens" une exposition qui tournera autour de l’Art Brut à partir du 20 juin prochain, avant de laisser la place aux turbulences poétiques de Verlaine qui fit un arrêt non programmé à la cellule 252 de la prison de Mons en 1873, l’exposition prévue à partir du 17 octobre fera état de cette halte montoise à travers de nombreux documents.

Vincent Clérin, Laura Canducci

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK