Mons 2015 : l'Alhambra prend ses quartiers d'été au BAM

Le bâtiment des Beaux-Arts de Mons est plein de surprises. A peine remis de l’exposition Van Gogh, il s’apprête à recevoir pour le reste des week-ends de l’été fêtards et amateurs de soirées lounge. Au programme, DJs et musique électronique "chill". Beaucoup de mots anglais pour décrire un concept qui a déjà fait ses preuves dans les grandes métropoles comme Paris, Londres ou New-York.

Prendre de la hauteur

L’idée des soirées "rooftop" (littéralement "sur le toit", ndlr), c’est de transformer un lieu insolite et méconnu en un espace accueillant et douillet, avec fond de musique électronique et bar proposant une rangée de boissons du traditionnel Coca aux bières spéciales de la région. Les seuls critères indispensables ? Le lieu doit être en hauteur car il doit offrir une vue imprenable sur la ville. Pour le reste, c’est à mi-chemin entre la soirée entre copains et le bar branché. Un évènement sans prise de tête pour se détendre et profiter de l’été. A Mons, le choix du lieu s’est porté sur la terrasse totalement méconnue du BAM. L’évènement est organisé par l’Alhambra, le pôle muséal et la Fondation et se veut donc ouvert à tous. "On le fait en collaboration avec le pôle muséal, donc les gens qui viennent visiter le musée ne sont pas les mêmes qui sortent en club le soir, et on n’est pas dans une musique de club, on est dans une musique électronique (…) accessible et surtout agréable à écouter." explique Pascal Gossens, chef de projet musiques modernes à la Fondation Mons 2015, gestionnaire de l’Alhambra et organisateur de l’Alhambra Rooftop. Cette volonté de s’ouvrir à tous et pas seulement aux initiés se retrouve jusque dans les horaires, radicalement différents de ceux (supposés) des amateurs de discothèques : de 14h à 20h, le samedi et le dimanche !

Une ouverture attendue

L'événement rassemble déjà plus de 1500 inscrits sur Facebook. Surtout des jeunes entre 18 et 30 ans dont beaucoup ont hâte de découvrir un événement qui semble satisfaire même les détracteurs de Mons 2015. "Ça fait plaisir un événement qui nous concerne enfin ! Je ne sais pas encore si ça vaudra vraiment le coup, mais j’ai hâte de découvrir ça." Maxime, 22 ans, étudiant et "Mons-sceptique" assumé, ne va pas jusqu’à s’enthousiasmer, mais au moins pour une fois, il avoue lui-même qu’il n’a "encore rien à redire." De son côté, Lisa, jeune enseignante fraîchement diplômée, a bloqué la soirée du samedi depuis une semaine et compte venir avec des amies. "C’est génial, l’idée en tous cas. J’en avais déjà vu des événements du genre en vacances, mais d’avoir ça dans une ville comme Mons, c’est vraiment cool !" Le public sera au rendez-vous, et ce premier weekend de fête risque de faire office de baptême par le feu. Pour ceux qui ne pourront pas venir ce weekend, l’événement se répétera tous les weekends de l’été jusqu’au 23 août, sur la terrasse du BAM.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK