Monceau-sur-Sambre: les riverains contre l'extension de la décharge

Tract contre la décharge émis par l'Adem
2 images
Tract contre la décharge émis par l'Adem - © Tous droits réservés

Une réunion d'information a eu lieu hier soir à propos de la décharge du Champ de Beaumont, à Monceau-sur-Sambre. Les responsables du centre d'enfouissement technique ont présenté aux riverains leur projet d'extension du site.

Les gestionnaires de la décharge ont introduit une demande de permis unique pour pouvoir exploiter le site au-delà de 2019 et y enfouir beaucoup plus de déchets. Il s’agit de passer de trois millions de m³ de déchets à cinq millions et demi pour une exploitation prolongée jusqu'en 2037 environ.

Sans surprise, les riverains et défenseurs de l'environnement ne veulent pas en entendre parler. Jacques Coupez, qui se bat depuis quinze ans avec d'autres riverains contre cette décharge, ne s'attendait pas à une telle demande. Car, depuis des années, l'association de défense de l'environnement de Monceau dénonce, photos à l'appui, les conditions d'enfouissement des déchets. Selon Jacques Coupez, " Nous avons rencontré les ministres et la police de l’environnement de la Région wallonne : je dois vous dire qu’il y a un laxisme certain dans le chef de ces autorités. "

Des autorités qui, selon Jacques Coupez, ont aussi un intérêt à ce que le centre d’enfouissement prolonge son activité : " Une tonne de déchets qui rentre à la décharge, c’est 80 euros. Sur ces 80 euros, il y en a 35 qui vont à la Région wallonne et 2,40 euros pour la Ville de Charleroi. Alors, dans la situation économique actuelle, on est presque en droit de penser que la Région wallonne et la Ville de Charleroi ne vont pas infléchir leur décision. "

En attendant les résultats de l'étude d'incidence et de l'enquête publique pour le prochain trimestre, riverains et opposants comptent bien utiliser tous les moyens juridiques et légaux pour bloquer le projet.

Cédric Loriaux, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK