Molenbeek: vers un licenciement de Mohamed Abdeslam?

Mohamed Abdeslam
Mohamed Abdeslam - © Tous droits réservés

Mohamed Abdeslam réintégrera-t-il son poste de fonctionnaire communal ? La majorité molenbeekoise (MR/CDH/Ecolo) est divisée sur ce point. Frère aîné de Brahim et Salah, tous deux impliqués dans les attentats de Paris, Mohamed n'est pas suspecté dans cette affaire. Mais il pourrait bien perdre son poste dans l'administration communale, comme le révèle la Dernière Heure.

En congé maladie depuis les attentats de Paris, Mohamed Abdeslam était attendu au travail ce lundi 11 janvier, mais il ne s’est pas présenté. Il aurait représenté un certificat. Absent, il était par contre bien présent au menu de la réunion hebdomadaire du collège des bourgmestre et échevins de ce lundi.

Pour la première fois, officiellement du moins, certains membres du collège ont évoqué l'idée de le licencier. Pour ceux-là, ses antécédents judiciaires, révélés par la presse dans un dossier de vol particulièrement sordide, ont rompu la confiance et rendu inquiets ses collègues de l'administration.

Quelle base légale ?

Mais parmi la majorité, cette position est loin de faire l’unanimité. Beaucoup insistent sur le respect du droit du travail. Pour ceux-ci, pas question de punir Mohamed Abdeslam parce qu'il est le "frère de". L'homme, ajoutent-ils, a déjà beaucoup souffert de la mort d'un de ses frères, de la disparition de l'autre et des soupçons qui ont rejailli sur sa famille. Selon eux, le dossier nécessite donc beaucoup d’humanité et de discrétion.

La réunion du collège de lundi n'a pas permis de trancher la question. D'après nos informations, les tenants d’un licenciement sont actuellement minoritaires. Le point a d'ores et déjà à nouveau été inscrit à l'ordre du jour du prochain collège.

Quant à Mohamed Abdeslam, il se serait donc mis en règle. Son certificat médical expirait vendredi dernier, mais d’après son avocate Nathalie Gallant, il l’a fait renouveler dans les temps auprès d’un médecin pour une durée de deux mois. Le document aurait été envoyé ce lundi par mail à l’administration communale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK