Molenbeek: le projet artistique de Yassine Belattar ne se fera pas à l'école Korenbeek

Yassine Belattar pourrait présenter un nouveau projet.
2 images
Yassine Belattar pourrait présenter un nouveau projet. - © BELATTAR

Le projet de création d'un incubateur artistique initié par l'humoriste français Yassine Belattar ne verra pas le jour à Molenbeek-Saint-Jean, pour l'instant. La nouvelle majorité en a décidé autrement: l'occupation temporaire de l'ancienne école de la rue du Korenbeek, inactive depuis la rentrée de septembre dernier, a été octroyée à une groupe d'associations bruxelloises.

Humoriste, chroniqueur, proche du président Macron

Au lendemain des attentats, Yassine Belattar, par ailleurs animateur sur Radio Nova, chroniqueur sur LCI et conseiller du président Emmanuel Macron avait annoncé vouloir ouvrir une école artistique dans la commune d'où étaient originaires plusieurs terroristes du 13 novembre 2015 à Paris et du 22 mars à Bruxelles. Objectif: redorer l'image de Molenbeek et promouvoir les jeunes talents bruxellois. Pour se faire, il collabore avec l'ASBL Shift & Twist et noue déjà des contacts avec les autorités. Lorsque les derniers écoliers quittent Korenbeek, l'ancienne majorité lance un appel à projets pour occuper les lieux soit quelques 1000 mètres carrés. Plusieurs dossiers sont rentrés. Un jury se penche. Verdict: le projet retenu n'est pas celui de Balattar mais l'idée proposée par un consortium d'associations bruxelloises dont VZW Toestand avec Communa, Atout Jeunes...

Le collège de la nouvelle bourgmestre Catherine Moureaux (PS) s'est récemment rangé à l'avis du jury et présentera le dossier pour adoption lors du prochain conseil communal. Yassine Belattar doit donc revoir sa copie.

C'est le meilleur projet qui a gagné

"Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'autres opportunités", nuance Jef Van Damme (SP.A), le nouvel échevin des Propriétés communales. "Un nouveau Contrat de quartier est lancé à Gare de l'Ouest. Des bâtiments seront certainement proposés pour des occupations. Il sera encore possible à M. Belattar de rentrer un nouveau projet. La commune n'a aucun a priori le concernant. Reste qu'aujourd'hui, nous avons choisi de suivre l'avis du jury et de l'administration. Ce qui a primé, c'est la qualité du projet lauréat." L'ASBL Toestand est notamment réputée pour le montage de projets socio-culturels dans "des bâtiments abandonnés ou oubliés".

Déçus mais on n'abandonne pas

Karim Saafi, de l'ASBL Shift & Twist, déclare à la RTBF "être déçu évidemment. Mais ça ne veut pas dire qu'on abandonne le projet. Notre but est toujours de le mettre sur pied à Molenbeek. Nous avons obtenu des signes positifs des autorités communales molenbeekoises en place ainsi que des demandes d'autres communes voisines".

Après les attentats islamistes de Paris et Bruxelles, Yassine Belattar s'était personnellement investi à Molenbeek. En janvier 2016, il décide de présenter son one man show dans une salle de la commune. Proche du président Macron, il est victime en 2017 d'une campagne de boycott de la part de patrons de salles de spectacles après un article de l'hebdomadaire "Marianne". "Un article mensonger" se défendra l'humoriste, soutenu par plusieurs autres médias et figures du paysage audiovisuel français comme Thierry Ardisson. Chroniqueur sur LCI depuis quelques mois, ces interventions télévisées font souvent mouche sur les réseaux sociaux, comme face au journaliste David Pujadas ou l'avocat Gilles-William Goldnadel. 

Lors du conseil communal molenbeekois de mercredi prochain, l'opposition Ecolo pourrait également soumettre l'idée que le bâtiment concerné accueille les sans-papiers occupant l'immeuble Martini dans le quartier Maritime, à quelques mois de leur possible expulsion. "Le bâtiment Korenbeek était, à la fin de la mandature, le seul laissé volontairement libre pour pouvoir faire face à l'urgence humanitaire pour les familles de sans-papiers", rappelle Karim Majoros, conseiller communal Ecolo. "Nous nous inquiétons si aucune autre solution communale de relogement n'est disponible avant la fin avril. Nous n'avons pas l'intention de proposer ce bâtiment mais de nous assurer qu'une solution concrète soit trouvée."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK