Molenbeek: la commune fait fermer une mosquée

Molenbeek : la commune fait fermer une mosquée
Molenbeek : la commune fait fermer une mosquée - © Tous droits réservés

Une mosquée de Molenbeek doit cesser ses activités, à la demande des autorités communales. L'information a été divulguée par le quotidien La Capitale. La mosquée Loqman est installée dans la rue Ransfort, en plein cœur de la commune. Elle a accueilli des personnes liées à plusieurs attentats commis récemment. Mais c'est pour des infractions urbanistiques que le bâtiment doit aujourd'hui fermer ses portes.

Avec son ancienne vitrine aux rideaux fermés et sa façade peinte en rouge, rien n'indique que le bâtiment abrite une mosquée. Mais pour les autorités communales, les allées-venues notamment le vendredi, à l'heure de la prière, laissent peu de doutes. Or le bâtiment est considéré comme un commerce explique la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans. "La fermeture a été décidée pour des raisons d'urbanisme, à savoir qu'il y avait un changement d'affectation. Il n'y avait pas de demande pour transformer ce bâtiment en lieu de culte, en mosquée".

Une mosquée surveillée

La mosquée était surveillée par la Sûreté de l'Etat, soupçonnée de jouer un rôle dans la radicalisation religieuse de jeunes partis combattre en Syrie. Elle était également fréquentée par Ayoub El Khazzani, le tireur de l'attentat déjoué dans le Thalys et par Mohammed Abrini, surnommé "l'homme au chapeau" lors des attentats de Bruxelles.

Les autorités communales n'ont pas les compétences pour prendre des mesures lorsqu'elles estiment qu'un lieu, par les idées qu'il prône, peut présenter un danger pour la population. La bourgmestre de Molenbeek réclame d'ailleurs du changement. "Pour des endroits où se déroulent des activités qui seraient susceptibles justement de promouvoir des discours ou des activités radicales, il faut qu'il y ait la possibilité de prendre un arrêté de fermeture. Les bourgmestres ont généralement une bonne connaissance des situations locales. Pouvoir fermer ces lieux pour des questions de radicalisation serait intéressant". Une proposition de loi a été déposée, en ce sens, au Parlement fédéral.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK