Moins de voitures à Louvain-la-Neuve? le plan communal de mobilité en cours de révision

Louvain-la-Neuve, une ville piétonne mais vers laquelle convergent de plus en plus de voitures
Louvain-la-Neuve, une ville piétonne mais vers laquelle convergent de plus en plus de voitures - © H. Van Peel

Jusqu’au 30 juin, les habitants d’Ottignies-Louvain-la-Neuve et tous ceux qui y travaillent, étudient ou simplement transitent par ses routes, sont invités à donner leur avis sur la mobilité à Louvain-la-Neuve, dans le cadre d’une enquête publique. Ce mercredi 10 juin en soirée, des experts répondront à leurs questions au cours d’une réunion publique virtuelle. "En cette période de déconfinement progressif, les réunions en présentiel ne sont pas encore autorisées, rappelle l’échevin de la mobilité, David Da Camara-Gomes. Nous prenons donc les questions via un logiciel spécifique et les bureaux d’études répondront via un YouTube live. La difficulté sera évidemment de gérer le nombre de questions, de les trier pour répondre de manière équitable. A la veille de cette réunion, nous avons déjà trié près de 120 questions".

Une ville qui se transforme

Le plan communal de mobilité fait en fait l’objet d’une importante mise à jour sur Louvain-la-Neuve. Sa dernière mouture date de 2003 et depuis lors la physionomie de la cité a bien changé : de nouveaux quartiers résidentiels ont poussé, de nouveaux pôles d’activités ont vu le jour, comme le CBTC ou le centre sportif de haut niveau. L’expansion n’est pas finie. Ce qui fait que de plus en plus de gens, et pas que des étudiants, se rendent ou passent par Louvain-la-Neuve. En résumé, le rythme des études de mobilité ne suit pas celui de la transformation de la ville. "Tous ces projets nécessitent qu’on maîtrise davantage les questions de mobilité en amont. Mais en réalité cela a mis tellement de temps, que finalement les questions arrivent un peu comme des figues après pâques, mais c’est mieux que rien", reconnaît l’échevin.

Limiter l’usage de la voiture, favoriser les autres modes de transports

L’idée est évidemment que la cité imaginée comme essentiellement piétonne dans les années 70 ne devienne pas au final un aimant à voitures, avec tous les problèmes de mobilité que cela entraîne. L’objectif wallon étant de faire passer l’usage individuel de la voiture de 83 à 60%. "C’est essayer de reporter vers un autre mode de transport ou un meilleur usage de la voiture : covoiturage, autopartage… Il faudra donc être un peu coercitif au niveau de la voiture et surtout donner plus d’avantage aux autres modes de transport", précise encore David Da Camara. Concernant la circulation automobile, les plans de circulation et de stationnement vont donc être revus. Mais le plan de mobilité prévoit aussi des aménagements mieux adaptés à l’usage des modes doux et des transports en commun : meilleure cohabitation des cyclistes et des piétons sur la dalle, réseau de voies réservées aux vélos classiques ou à assistance électrique ou aux bus, ou encore le réaménagement de la gare des bus.

Ventes records de vélos pendant le confinement (JT du 09/06/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK