Charleroi Mining, la réalité virtuelle au Bois du Cazier à Marcinelle

Charleroi Mining, la nouvelle expo du Bois du Cazier à Marcinelle
2 images
Charleroi Mining, la nouvelle expo du Bois du Cazier à Marcinelle - © RTBF - Noélie Detry

Le Bois du Cazier à Marcinelle a présenté sa nouvelle installation artistique en réalité virtuelle et augmentée. L’équipe a fait appel à l’artiste contemporain ukrainien Roman Minin, qui tire son inspiration dans les mines de son pays d’origine. On peut découvrir sur le site dix créations de l'artiste. Huit d'entre elles sont en réalité augmentée et les deux autres sont en réalité virtuelle. Concrètement, une fois l'oeuvre scannée, une autre apparait sur l'écran de votre smartphone.

Ce vent de jeunesse soufflé par la technologie est une volonté du site historique. En effet, les principaux visiteurs du site sont soit des enfants encadrés par leurs écoles, soit des personnes touchées par la catastrophe du 8 août 1956. Il était important pour l'ancien charbonnage de toucher les 25-35 ans. Quelle meilleure façon de leur partager le patrimoine minier que d’interagir avec son smartphone ou des masques de réalité virtuelle ? "On s’est dit que les jeunes devaient visiter un site marqué par l’histoire ! Nous nous sommes dit que le problème était peut-être les technologies que nous utilisons, qui ne sont pas les meilleures pour eux", explique le directeur des lieux, Jean-Louis Delaet. Une fois l’application Simo AR téléchargée, il suffit de scanner les œuvres présentes au Bois du Cazier pour découvrir des réalités augmentées sur son écran. Deux masques de réalité virtuelle sont aussi mis à disposition à deux endroits pour découvrir d’autres œuvres animées de Roman Minin.

Plus qu’un simple artiste ukrainien

Roman Minin vient de la région de Donetsk. Un Pays Noir comme le nôtre, jumelé d'ailleurs à Charleroi en raison de son passé minier. De plus, lors de l’incendie du 8 août 1956, 262 mineurs sont décédés et parmi eux un Ukrainien. Depuis, l’ambassade ukrainienne participe aux commémorations chaque année. Il était donc important pour Charleroi de partager cette expérience avec l’Ukraine. Ce site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO réunit en son sein deux des révolutions les plus importantes de notre histoire : la révolution numérique du 21e siècle et la révolution industrielle du 19e siècle. "Cette rencontre avec Roman Minin, en plus de son inspiration qui touche au monde de la mine en utilisant les techniques de réalité virtuelle augmentée, ajoute Jean-Louis Delaet, nous plonge dans son univers qui valorise tant le patrimoine que ses mineurs". Le travail artistique de Roman Minin mélange le folklore populaire ukrainien, le monde de la mine dans lequel il a baigné toute sa vie et les nouvelles techniques numériques pour un résultat surprenant et unique en son genre. L’intitulé de cette expérience virtuelle n’est pas un simple hasard. L’étymologie Mining Charleroi vient des mines, mais aussi et surtout du nom de l’artiste, Minin.
Cette installation sera ouverte au public du 5 juillet au le 6 octobre. Plus d’informations sur le site internet du Bois du Cazier (http://www.leboisducazier.be/event/roman-minin/).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK