Mini-Europe et Océade: le permis de démolition accordé par la Ville de Bruxelles

La messe est dite: le permis de démolition de deux attractions a été adopté.
La messe est dite: le permis de démolition de deux attractions a été adopté. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La messe est dite! Le permis de démolition de Mini-Europe et de l'Océade a été adopté ce jeudi 20 octobre par le collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Bruxelles. Pour rappel, les deux attractions installées sur le plateau du Heysel peuvent être exploitées jusqu'au samedi 7 janvier 2017. Est-ce à dire que la destruction des toboggans aquatiques et des miniatures démarrera dès le lendemain? 

Un permis de démolition valable deux ans

Tout d'abord, il faut savoir tout permis a une validité de deux ans avec une prolongation d'une année possible. La démolition peut donc en théorie être reportée jusque fin 2019. Par ailleurs, le gestionnaire de Mini-Europe et de l'Océade est toujours en discussion avec les autorités de la Ville de Bruxelles et Unibail-Rodamco-Besix, le consortium-investisseur choisi pour déployer Neo, le projet de ré-urbanisation du Heysel.

Concernant l'Océade, les pourparlers portent sur une possibilité d'exploiter le parc aquatique pendant une année supplémentaire et de n'entamer la démolition que début 2018, laquelle s'étalerait sur une année également. Une bouée d'oxygène pour l'exploitant actuel Thierry Meeus et son personnel qui peuvent compter sur les retards pris par Neo. Quid par la suite? Aucune relocalisation n'est prévue, à Bruxelles ou ailleurs, selon nos informations. Les 240 000 visiteurs annuels devront définitivement faire le deuil de l'Océade. Malgré les derniers investissements et malgré la présentation d'un projet de rénovation complète.

Mini-Europe en route vers Neo

Pour ce qui est de Mini-Europe, l'objectif est de pouvoir intégrer les dizaines de miniatures des différents monuments emblématiques européens au sein de Neo. En clair: de donner une seconde vie à cette attraction qui attire environ 350 000 visiteurs par an. Mini Europe, c'est aussi une carte de visite pour Bruxelles qu'exploitent les tour-opérateurs auprès des touristes du monde entier. Reste à accorder les violons entre les parties. 

Des réunions sont prévues la semaine prochaine en vue de finaliser le calendrier. A ce stade, Thierry Meeus ne souhaite pas commenter la récente décision du collège de la Ville de Bruxelles. Pas plus Philippe Close (PS), échevin du Tourisme.

Rappelons aussi que la demande de permis de démolition a été introduite par le gestionnaire des deux parcs, comme le prévoyait la procédure.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK