Mini-Europe au pied du lion de Waterloo: la bataille n'est pas terminée

Thierry Meeus après sa conférence de presse mardi 5 mars 2013
Thierry Meeus après sa conférence de presse mardi 5 mars 2013 - © Belga

Retournement de situation à Braine-l'Alleud. Le site de la bataille de Waterloo n'est plus hors-jeu pour accueillir Mini-Europe. Le propriétaire revient sur ses déclarations. Ce n'est plus un non ferme et définitif, comme il l’a annoncé mardi mais, un oui peut-être.

L'attraction bruxelloise fermera ses portes fin août prochain. Braine-l'Alleud s'était portée candidate pour l'accueillir. Un dossier avait été élaboré en collaboration avec l'IBW, l'intercommunale du Brabant wallon. Thierry Meeus, le propriétaire de Mini-Europe n’y avait pas donné suite. Revirement de situation ce jeudi : Il dit à nouveau vouloir réexaminer le dossier.

Voilà qui devrait réjouir les autorités brabançonnes, qui avait fait part de leur incompréhension suite à l'annonce surprise de l'abandon du projet de déménagement.

La tour Eiffel, l'Arc de Triomphe, Big Ben ou le Colysée seront peut-être bientôt en Brabant wallon. Il semblerait donc que la porte soit à nouveau ouverte. Et pourtant, lors de sa conférence de presse de mardi, l'administrateur-délégué de Mini-Europe, Thierry Meeus, ne laissait guère d’espoir sur la possibilité d'un déménagement à Braine-l'Alleud : "La seule chose, c’est qu’il faut un grand terrain de 2 hectares et demi et ça représente quand même de gros investissements. Donc tant à Courtrai qu’à Braine-l’Alleud, l’ensemble terrain et financement faisaient défaut. Ces deux pistes sont arrêtées".

Jeudi soir, revirement de situation. Sur le site internet de divers médias ont pouvait lire que les négociations auraient bien repris entre le propriétaire et les autorités brabançonnes. Sur le site du journal le Soir, Thierry Meeus déclare même : "Braine-l'Alleud constitue une belle piste". Le ministre wallon du Tourisme, Paul Furlan, y va aussi de son commentaire en disant qu'il fera tout pour que Mini-Europe s'installe en Wallonie. Car la piste d’un possible déménagement vers le Monténégro serait toujours d’actualité, même si le pays ne fait pas partie de l’Union Européenne.

Avec ses déclarations contradictoires, on a surtout l'impression que Thierry Meeus veut faire monter le pression et les enchères.

 

Bruno Schmitz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK