Mons: le MICX pas assez rentable? La société qui le gère veut s'en débarrasser

Le Palais des congrès de Mons, aussi connu sous le nom de MICX (pour "Mons International Congress Xperience"), serait actuellement en proie à des problèmes de rentabilité. Selon nos informations exclusives, la société qui le gère, Artexis, souhaite même s'en débarrasser, deux ans et demi à peine après son inauguration.

L'opposition libérale locale ne décolère pas : elle évoque une mauvaise gestion des infrastructures par les autorités communales. Du côté de la ville, on se dit étranger aux difficultés... et on parle déjà de nombreuses marques d'intérêt pour cet édifice exceptionnel.

Lors de son inauguration début 2015, le MICX, dessiné par le célèbre architecte Daniel Libeskind, est alors présenté comme la Rolls Royce des centres de congrès. Pourtant, Artexis cherche déjà un repreneur.

 

3 images
Vue depuis la passerelle de la gare © Charlotte Legrand

Un produit "magnifique", mais...

Jean-Thomas Leplat, general manager partner chez Artexis, l'explique au micro de la RTBF : "Artexis, dès le départ, est un organisateur de foires et de salons et un gestionnaire d'expos. C'est notre core business principal. Nous avons voulu faire une petite diversification avec le MICX. Mais aujourd'hui, après l'acquisition d'une grosse société en Hollande, nous voulons nous concentrer sur notre business de base."

Si le MICX est toujours qualifié d'endroit à haut potentiel, il affiche tout de même une perte d'exploitation de 191 504 euros. "C'est un magnifique produit", assure malgré tout Jean-Thomas Leplat qui souligne au passage "l'énorme taux de satisfaction des clients".

Du côté de la majorité communale, on explique que le MICX est "performant". Pour Marc Darville (PS), échevin des Régies et du Patrimoine, "ce n'est pas un échec parce que les chiffres sont là : plus de 50 000 visiteurs en 2015-2016 et autant de prévus en 2017".

 

Contrat de 10 ans

L'opposition montoise est moins optimiste. "Vous connaissez une entreprise privée qui dit qu'elle gagne de l'argent, mais qui ferme malgré tout ?, interroge le MR Georges-Louis Bouchez. Non ça n'existe pas dans ce genre de cas. Si l'activité du palais des congrès était une bonne activité, Artexis le garderait et ne permettrait pas à un de ses concurrents de se saisir de cette belle opportunité."

Pour le groupe MR de Mons, il faut une stratégie globale. Georges-Louis Bouchez souhaiterait la mise en place d'"une seule société" qui gérerait Mons Expo, le palais des congrès et toutes les salles sur le territoire montois. "Toutes ces salles se font concurrence entre elle", dénonce-t-il.

La société Artexis est liée à la ville de Mons par un contrat de 10 ans. Des discussions doivent se tenir dans les prochaines heures pour déterminer les différents scénarios de reprises envisageables.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK