Meurtre à Jemeppe-sur-Sambre: libérée suite à une erreur du greffe

Le palais de justice de Namur
Le palais de justice de Namur - © Bia bouquet

Les avocats d'une dame de 51 ans inculpée du meurtre de son ex-mari, ont obtenu sa libération, lundi soir. Elle avait introduit une requête de mise en liberté le 17 septembre. Comme prévoit la loi, dans les cinq jours qui suivent cette demande, la chambre du conseil devait se réunir et l'examiner. Mais le greffe n'a pas réservé de suites. Les avocats ont mis en demeure la prison et obtenu la libération.

Cette dame était incarcérée pour le meurtre de son ex-mari, depuis le 1er juillet dernier. Réconcilié depuis une quinzaine de jours, le couple s'était à nouveau disputé, le 29 juin, à Jemeppe-sur-Sambre. L'homme avait défoncé la porte de la chambre de son ex-épouse qui s'y était réfugiée avec un couteau. Saisie à la gorge par son ex-époux, elle lui avait planté la lame dans le coeur. L'homme, décédé à la suite des faits, avait déjà été condamné à deux reprises pour des coups sur sa femme.

Estimant que la détention préventive de l'inculpée ne se justifiait plus, ses avocats avaient introduit une requête de mise en liberté, le 17 septembre. "Dans les cinq jours qui suivent cette demande, la chambre du conseil devait se réunir et l'examiner. Mais le greffe n'a pas réservé de suites à cette demande", explique Philippe Dulieu, le procureur du Roi de Namur "et nous avons dû donner l'ordre de la relacher".

Selon le procureur, le parquet de Namur n'a commis aucune erreur de procédure

"Nous avons seulement été avertis de la situation via un courrier de la prison. Et nous avons donc dû donner l'ordre de relâcher la prévenue. Nous allons tenter de comprendre ce qu'il s'est passé au service du greffe pour que cela ne se reproduise plus à l'avenir", a affirmé Philippe Dulieu.      

L'ex-épouse est désormais libre et ne pourra plus être placée en détention préventive pour ces faits. Elle sera toutefois jugée par l'instance judiciaire adéquate.     

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK