Mettre de l'ordre, se désencombrer: une bonne résolution devenue tendance

"Il faudrait que vous rangiez tous les objets de même catégorie, comme les draps, au même endroit. Comme ça, vous pourrez déléguer plus facilement en désignant l’endroit précis où les choses se trouvent". Un bon conseil que donne Marie Freteur à une de ses clientes. Elle est "home organiser", une sorte de coach, de conseillère en rangement. Ce nouveau métier a vu le jour il y a quelques années. Dans la région de Tournai, où elle a lancé son activité, elle espère qu’elle va s’y développer. "C’est un peu comme les aides ménagères auxquelles on ne faisait pas spécialement appel auparavant. Aujourd’hui, on n’a plus de problème avec le fait de payer quelqu’un pour nettoyer son habitation. Je pense que d’ici quelques années, on ne sera plus gêné de faire appel à quelqu’un pour désencombrer sa maison", commente la jeune femme.

2 images
Trier, c'est aussi décider de se débarrasser de certains objets, comme ceux que les enfants devenus grands n'utilisent plus. © S. Vandreck

"Un cap à passer"

Aujourd’hui, c’est Aurélie, maman de quatre enfants habitant à Rekkem, qui l’a appelée pour lui demander des conseils. Sa maison, décorée avec goût, est parfaitement rangée. "Mais je trouve que je perds encore beaucoup de temps à préparer les vêtements, les cartables… C’est pourquoi j’ai fait appel à Marie". La home organiser va inspecter toute la maison, visiter toutes les pièces, même le garage, et aussi et surtout l’intérieur des armoires. Dans la chambre des garçons, un placard est rempli de DVD qu’Aurélie et sa famille ne regardent plus jamais. "C’est assez révélateur, quand on ouvre les armoires, c’est que les gens nous disent spontanément qu’ils n’utilisent pas la plupart des choses", explique Marie. La démarche n’est pas spécialement facile pour Aurélie: "Quelque part, la fierté en prend un coup! Il faut oser montrer des choses. On rentre quand même dans l’intimité des gens. C’est un cap à passer". Marie pose un premier diagnostic: "Le problème de cette habitation, c’est l’encombrement. Il y a trop d’objets en double, surtout au niveau des vêtements". Les garde-robes d’Aurélie débordent, mais elle est bien décidée à faire le tri après le passage de Marie: "Je vais essayer de revendre les plus beaux, sinon je vais les donner et faire plaisir".

Le prix du bien-être

La visite dure deux heures, facturées 65 euros chacune. "Le bienfait principal, c’est que la personne va récupérer du temps pour elle, du temps et de l’espace dans son habitation", répond Marie Freteur. Et pour que la démarche soit complète, la coach devra revenir pour passer aux choses concrètes: trier, décider de ce qui doit être vendu, donné ou jeté, réorganiser le rangement des armoires… "C’est un travail qui ne se fait pas en un jour. D’ailleurs on encombre son habitation sur plusieurs années. Il faudra donc un petit temps pour que les gens arrivent à cette étape", poursuit-elle. Janvier et la période des bonnes résolutions est le bon moment pour prendre ce genre d’initiative. Willy Lahaye, sociologue, professeur à l'Umons, est aussi de cet avis, mais il plaide pour la modération: "Il est nécessaire à un moment donné de se départir d’une part de son histoire qui est révolue, mais pas au point d’en devenir hygiéniste, insiste-t-il. Evidemment, s’encombrer jusque par-dessus la tête des objets du passé ne va pas vous permettre d’avancer. Mais faire table rase du passé va aussi faire qu’on se débarrasse de tout ancrage, de tout enracinement, de tout lien par rapport à son histoire". Il y a donc moyen de vivre dans un peu de désordre, au milieu de beaucoup d’objets. Mais un peu de tri de temps en temps ne fait pas de tort. A vous de voir si vous pouvez vous permettre le luxe de vous faire aider par un home organiser.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK