Météo, interdiction des herbicides... l'entretien des cimetières ne suit pas

La commune a choisi de ne plus désherber les allées
3 images
La commune a choisi de ne plus désherber les allées - © S. Vandreck

Dans les allées du cimetière d’Hornu, la nature semble avoir repris ses droits: des coquelicots, des pissenlits, des chardons poussent même entre les tombes. Des visiteurs rouspètent: "C’est décevant. C’est révoltant. Il n’y a plus de respect! Les seuls caveaux bien entretenus sont ceux où on le fait soi-même".

Où sont passés les ouvriers et fossoyeurs en charge de l’entretien ? "Les fossoyeurs sont trois pour les trois cimetières de la commune, explique l’échevin boussutois Guy Nita (Ecolo). Leur travail principal, c’est de s’occuper des inhumations. L’équipe de l’environnement vient leur donner un coup de main, mais le travail prend du retard vu la météo que nous avons actuellement".

"A l'américaine"

L’interdiction pour les communes d’utiliser les herbicides à base de glyphosate leur a également compliqué la tâche. Le désherbage se fait désormais à la main ou au désherbeur thermique ou mécanique. Pas facile de suivre… La commune a donc opté pour la formule des "cimetières verts", où on laisse faire la nature. "On la laisse pour le moment reprendre le dessus et on procédera par la suite à une tonte, pour donner au cimetière un style comparable à celui des cimetières américains, avec des allées gazonnées. On a même semé du gazon pour uniformiser tout ça".

Un manque de communication

L’échevin concède que, pour le moment, l’effet voulu n’y est pas. La tondeuse ne sort pas pour cause de météo capricieuse. Les herbes poussent de manière anarchique. Tout cela fait un peu désordre. "II faudra patienter un peu. Je crois qu’il y a eu un manque de communication, reconnaît-il, mais on est en train d’y remédier par une information dans le bulletin communal et un affichage à l’entrée des cimetières".

Reste donc à attendre le retour des beaux jours, ainsi que le recrutement par la commune de renforts, via l’Article 60.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK