Merbes-le-Château : des milliers d'abeilles décimées

Le rucher pédagogique, situé en pleine réserve naturelle, ne compte plus d'abeilles dans ses ruches
3 images
Le rucher pédagogique, situé en pleine réserve naturelle, ne compte plus d'abeilles dans ses ruches - © Vinciane Votron

Des abeilles mortes par milliers, c'est le triste constat que les apiculteurs de Merbes-le-château ont fait à la sortie de l'hiver... Dans le rucher pédagogique, une vingtaine de ruches ont été décimées. De quoi inquiéter les apiculteurs, comme Michel Wambach : "Il n'y a plus rien. On a des coquilles vides. C'est horrible, je suis frustré!". Au pied des ruches, des cadavres d'abeilles noires. Un peu plus loin, des restes de cendres car comme l'explique Victor Matkovich-Ramirez, le président de la section locale de L'abeille de la Sambre : "On a dû brûler les cadres et la cire car c'est contagieux. Ca fait mal au coeur quand on pense à toutes les heures de travail.

Positif au chlorprophame

Des analyses toxicologiques ont été effectuées sur un échantillon de 100 grammes d'abeilles mortes. Résultat positif au chlorprophame. Ce produit anti-germinatif est utilisé dans le stockage de pommes de terre. Et hasard ou non, l'entreprise Vervaecke a installé un entrepôt de pommes de terre sur le zoning de Solre-sur-Sambre, à quelques 300 mètres à vol d'oiseau. Pour Michel Wambach, cela ne signifie pas que ce produit est à l'origine de la mort des abeilles: "On ne sait pas dire exactement de quoi sont mortes ces abeilles. Notre but est d'alerter la population car les abeilles, ce sont un peu des sentinelles. Cela signifie qu'il y a du chlorprophame, en grande quantité dans l'air." 

La police de l'environnement a ouvert un dossier. Des inspecteurs devraient se rendre sur le terrain pour vérifier notamment les permis d'exploitation de cette entreprise. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK