Mendicité: Tournai veut durcir le ton

La mendicité reste un sujet éminemment sensible... (illustration)
La mendicité reste un sujet éminemment sensible... (illustration) - © Belga

Le conseil communal de Tournai se penchera lundi sur une proposition de la majorité PS-MR visant à modifier le règlement général de police. Il s'agit de permettre les arrestations administratives en cas de récidive, quand une personne boit de l’alcool sur la voie publique, quand elle ne tient pas son chien en laisse, mais aussi quand elle mendie.

"Il n’est pas normal que les policiers, au long d’une journée, demandent 50 fois la même chose aux mêmes personnes, que ce soit par rapport aux chiens, à l’ivresse publique ou encore à la mendicité", déclare Paul-Olivier Delannois.

Le bourgmestre faisant fonction de Tournai sait que le sujet de la mendicité est sensible. "Mais je ne peux pas rester sourd aux remarques de commerçants qui se plaignent de personnes crachant sur leur vitrine après avoir dû faire appel à la police vis-à-vis de ces personnes. Je ne peux pas ignorer cette personne qui est venue m'expliquer que des individus ont menacé de lâcher leurs chiens si elle ne leur donnait pas une cigarette..."

Ecolo veut une autre approche

Le point n'a pas encore été abordé au conseil communal, mais le groupe Écolo, dans la minorité, a déjà lancé une première banderille. "Nous dénonçons avec force cette nouvelle fausse bonne idée. Si nous reconnaissons le progrès langagier de la majorité qui ne fait plus, depuis peu, d’amalgame entre sans-abrisme et incivilités, l’amalgame entre mendicité et incivilités reste bien présent et conduit à stigmatiser cette catégorie de citoyens", déplore le groupe Ecolo par la voix d'Olivier Mariage, son président local. "En matière de maintien de l'ordre public, ce sont les comportements inappropriés qui doivent être sanctionnés."

Ecolo veut ainsi mettre au défi la majorité PS-MR de démontrer en quoi une mesure répressive peut constituer une réponse satisfaisante à un problème social. "A l'heure où la précarité s’aggrave et où, malheureusement, la mendicité risque de gagner du terrain, nous ne pouvons accepter cette logique répressive instaurant une police des classes. La mendicité est un drame humain qui exige des réponses sociales, voire sociétales. A l’heure où certains responsables politiques font piètre figure en terme de civisme, il y aurait lieu qu’ils se préoccupent d’abord de balayer devant leur porte et de s’attaquer aux vrais problèmes que sont, entre autres, la justice sociale, l’accès au logement, la répartition équitable du travail et des revenus tout comme l’utilisation des deniers publics dans l’intérêt général."

Paul-Olivier Delannois : "Nous avons tendu la main, certains la refusent"

Paul-Olivier Delannois insiste : "Nous avons tendu la main aux mendiants. Tous ne sont d'ailleurs pas SDF, et tous ne créent pas des problèmes non plus. Il faut aussi le souligner. Mais j'ai demandé des rapports sur la mendicité aux éducateurs de rue et les mendiants les envoient balader. A chaque fois que je rencontre quelqu’un faisant la manche, je l’invite systématiquement à se présenter à mon bureau pour qu’on fasse le tour de sa situation afin d’essayer de trouver des solutions. Une seule fois une personne s’est présentée et je ne la retrouve plus dans la rue depuis plusieurs mois. Mais lorsque certains préfèrent faire la manche plutôt que de prendre la main tendue par les services sociaux, là je ne suis plus d’accord. Ils n’ont pas à imposer leur choix de vie aux autres."

Le CPAS sera contacté en cas d’arrestation administrative. "Encore faut-il encore une fois qu'ils acceptent la main tendue..."

Le bourgmestre faisant fonction de Tournai évoque également les problèmes d'alcool et de drogue de certains mendiants. "Nous pouvons fermer les yeux et ne rien faire. Ou tenter d'agir. Mais ne rien faire, même si ces mendiants refusent la main tendue, c'est enfoncer un peu plus ces personnes."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK