Mendicité à Charleroi: les autorités persistent et passent au vote

Dorénavant, à Charleroi, la mendicité tournera de quartier en quartier (illustration).
Dorénavant, à Charleroi, la mendicité tournera de quartier en quartier (illustration). - © Flickr – yfic1942

L'affaire avait créé un début de polémique à Charleroi au début de l'été : le Collège avait remanié le règlement de la mendicité et celui-ci était jugé trop dur. Il imposait notamment à ceux qui font la manche de la faire dans certains quartiers seulement, en fonction des jours. Aujourd'hui, les autorités de la Ville persistent et signent : le règlement, très peu modifié mais validé par les associations, sera proposé au vote du Conseil communal lundi prochain.

Ceux qui font la manche en ville, les "mancheurs" comme on a décidé de les appeler à Charleroi, ne pourront plus solliciter les passants que dans certains quartiers, en fonction des jours. Le projet avait fait réagir les associations, il a été ajusté, en consultation directe avec elles, mais le principe subsiste. "La volonté n’est pas de chasser qui que ce soit mais de réglementer le vivre ensemble, assure Véronique Salvi (échevine de l'Intégration à Charleroi). Sur Charleroi, il y a toute une question de sédentarisation de certains mancheurs en centre-ville qui pose vraiment question…" On tournera donc de quartier en quartier pour mendier à Charleroi…

Autre sujet de polémique : le contrevenant pouvait se voir confisquer le produit de sa manche. Cela reste vrai. "Tout qui ne respecte pas le règlement se verra saisir le produit d’infraction, à savoir dans ce cas-ci le produit de sa manche s’il n’est pas là où il devrait être."

On s’en souvient, en juin dernier, le vote imminent de ce nouveau règlement avait provoqué une vive réaction des acteurs de terrain mais surtout de la FGTB qui avait obtenu la mise sur pied d’un comité de concertation pour apporter des modifications au texte initial. Après quatre réunions de ce comité, la FGTB se dit aujourd’hui satisfaite à 80% par le nouveau texte qui sera voté lundi. Par contre, le syndicat précise qu’il restera très vigilant aux applications pratiques de ce règlement ainsi qu’aux solutions concrètes qui seront apportées par la ville aux différents problèmes que ce nouveau règlement va engendrer.

Charleroi a recensé de 120 à 160 mancheurs, selon les jours. La moitié d'entre eux sont déjà bénéficiaire du CPAS, celui-ci tentera d'accroître son aide. "Notre souhait, explique Eric Massin (président du CPAS), c’est de pouvoir voir individuellement chacun des dossiers afin de mettre sur pied un plan individuel d’insertion sociale. Pour le moment, on en fait mais pas assez."

Le nouveau règlement de la mendicité à Charleroi devrait être voté lundi, il sera ensuite effectif à partir du 1er octobre.

Alain Vaessen, Hugues Decaluwé

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK