Menaces envers l'ex-président d'Équateur à Louvain-la-Neuve: suspension du prononcé

Menaces envers l'ex-président d'Équateur à Louvain-la-Neuve: suspension du prononcé
Menaces envers l'ex-président d'Équateur à Louvain-la-Neuve: suspension du prononcé - © Tous droits réservés

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a octroyé mardi la suspension du prononcé de la condamnation à German C., un ressortissant équatorien né en 1963 et se présentant comme un journaliste d'investigation. L'homme s'en était pris, le 8 juillet dernier à Louvain-la-Neuve, à l'ancien président de l'Equateur Rafael Correa. Le prévenu devait s'expliquer sur des préventions de coups volontaires et de menaces, qu'il contestait. Le tribunal estime que les coups envers l'ex-président ne sont pas établis mais il retient les coups à un garde du corps, ainsi que des menaces envers Rafael Correa.

La police avait été appelée dans une rue de Louvain-la-Neuve, le 8 juillet 2018, pour une agression avec une arme. L'homme n'était en réalité pas armé mais dans une vidéo transmise à la police, on voit qu'il porte plusieurs fois la main à sa poche lors de sa confrontation houleuse en rue avec Rafael Correa, comme s'il avait une arme de poing dissimulée dans son pantalon.

German C. a affirmé par la suite qu'il s'agissait d'une méprise et qu'il cherchait juste à sortir son portefeuille. Du côté de la partie civile et du ministère public, on considérait à l'audience que l'homme avait intentionnellement fait semblant d'être armé, son attitude étant constitutive d'une menace par geste.

Les menaces sont effectivement considérées comme établies, tout comme une prévention de coups et blessures volontaires envers un des gardes du corps de l'ancien président équatorien. La suspension du prononcé de la condamnation accordée au prévenu est conforme aux réquisitions du ministère public: la substitut avait rappelé dans ses réquisitions que le prévenu n'a aucun antécédent judiciaire en Belgique mais elle lui avait rappelé dans le même temps que tout le monde, y compris un ancien président, a droit à une vie privée et qu'il y a des limites à ne pas franchir dans toutes les professions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK