Suspension des ventes d'armes à l'Arabie Saoudite: 29 licenciements confirmés chez Mecar

Usine Mecar
3 images
Usine Mecar - © Jenifer Istace

La direction l’a confirmé : MECAR se sépare d’une trentaine de travailleurs, 10% de son personnel. 18 personnes seront prépensionnées, 11 autres purement licenciées. Le personnel est informé en ce moment même. Des négociations devraient suivre.

Une société active dans l’armement depuis 80 ans

Basée en Belgique, à Seneffe, depuis 1938, Mecar s’est forgé une réputation mondiale dans la conception et la production de systèmes d’armes et d’une large gamme de munitions. La société appartient depuis 2014 au groupe français Nexter-Group, le constructeur qui construit notamment les chars Leclerc.
Mecar produit pour les usines et les clients de ce groupe, des m
unitions de tir direct pour les véhicules blindés légers, les chars et les véhicules d’infanterie (de 25 mm).

D’après son site internet, Mecar dispose d’une structure, totalement intégrée, de conception, de développement et de production composée de plus de 300 personnes. C’est également le fournisseur de l’armée belge, de l’OTAN et de nombreux autres pays. L’usine de production comprend un atelier totalement équipé, des lignes de traitement de surface, d’assemblage de fusées, ainsi que des infrastructures pyrotechniques pour la production de balles traçantes, grenades à main, et fusées éclairantes ainsi que des installations pour le traitement d’explosifs.

La direction de l’entreprise a demandé le statut d’entreprise en difficulté après deux années de déficits successifs (9,2 millions en 2017, 9,8 millions en 2018) et cette année sera sans doute pire. En cause, même si cela reste à déterminer, la suspension de vente d’armes à l’Arabie Saoudite.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK