McDonald's cherche à s'implanter en Brabant wallon : les oppositions sont nombreuses

McDonald’s veut s’implanter dans la province et la multinationale y met les moyens. Récemment, trois projets de "fast-food" ont été étudiés et déposés. Les dossiers connaissent des fortunes diverses. Quant aux opposants, ils se font entendre. Résultat : une ouverture d’un "restaurant" à Jodoigne, un refus à Braine-l’Alleud et une procédure toujours en cours à Rixensart où la célèbre marque veut ouvrir sur le site d’une ancienne pompe à essence située en face du Cinéma Centre.

La stratégie de la célèbre marque est bien rodée. Elle lance plusieurs projets à la fois en anticipant d’éventuels refus. Pour le groupe, le Brabant wallon est une région qui a énormément de potentiel. Et les études de marché réalisées par l’enseigne le prouvent. Ces dernières années, trois procédures ont été lancées à Braine-l’Alleud, Jodoigne et Rixensart en plus des deux "fast-food" déjà existants à Corbais et Waterloo."On travaille souvent sur plusieurs sites en même temps", explique Kristel Muls porte-parole pour la Belgique.

Pourquoi ? "Parce que premièrement, ce n’est pas toujours facile d’obtenir un permis. On doit regarder et étudier où est-ce que les restaurants peuvent s’implanter. La région ici est stratégique. On doit ensuite lancer les procédures qui sont parfois longues, avec des accords parfois difficiles à obtenir".

2 images
L'équipe de Jodoigne a ouvert officiellement les portes du McDonald's situé chaussée de Hannut. C'est le 8e restaurant que la marque américaine ouvre cette année en Belgique, malgré la crise sanitaire en cours. © McDonald's.

Des oppositions uniquement sur les réseaux sociaux à Jodoigne

L’idée d’implanter un "fast-food" dans la cité de la Gadale avait déjà été émise et étudiée il y a une quinzaine d’années. Mais à l’époque, le projet d’une marque concurrente n’avait pas été jugé suffisamment rentable. Cette fois, McDonald’s n’a pas hésité. Pour Kristel Muls, "Jodoigne est une ville de passage où ça bouge. En plus, c’est une ville d’avenir avec le contournement à venir et les projets en cours. Et ce malgré la taille moyenne de l’entité et son nombre d’habitants".

Les oppositions ont été nombreuses mais elles se sont limitées aux réseaux sociaux. Les citoyens n’ont pas été plus loin. Résultat : les travaux commencés il y a quelques mois ont été réalisés rapidement, et l’enseigne a pu ouvrir juste avant les fêtes de fin d’année. Il s’agit du 8e restaurant ouvert cette année, le 93e de la marque en Belgique.

Projet enterré à Braine-l’Alleud

Par contre dans l’ouest de la province, les riverains sont plus remontés. Les habitants proches de la chaussée Bara où aurait pu s’implanter le fast-food se sont fortement mobilisés. La commune n’était pas favorable à cette implantation et finalement le dossier a essuyé un refus de la Région il y a plusieurs semaines.

Opposition toujours vive à Rixensart

Quant au 3ème projet à Rixensart, il fait également l’objet d’une forte opposition. L’enquête publique s’est clôturée ce mardi 15 décembre. Avec à la clé énormément de réclamations. "On a reçu entre 3000 et 4000 lettres de réclamation", explique Christophe Hanin échevin de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire. "C’est énorme. Du jamais vu en matière d’opposition à un projet ici à Rixensart. La marque avait déjà déposé un premier projet qui avait été revu à la baisse vu la mobilisation en défaveur du projet. Elle avait alors décidé de diminuer le nombre de places en salle de 180 à 150 puis à 120 sièges possibles".

L’enquête publique du nouveau dossier s’est donc terminée avec une nouvelle opposition. "L’étape suivante est un passage à la CCATM qui est la Commission consultatif communale de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité mardi prochain. Le Collège rixensartois devra ensuite se prononcer".

Il s’agira d’un avis consultatif remis par la commune car la décision finale sera prise au niveau de la Région wallonne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK