Maxime Prévot : "Non, ce n'est pas le moment d'augmenter le salaire des fonctionnaires namurois"

Maxime Prévot : "non, ce n'est pas le moment d'augmenter le salaire des fonctionnaires namurois"
Maxime Prévot : "non, ce n'est pas le moment d'augmenter le salaire des fonctionnaires namurois" - © BRUNO FAHY - BELGA

A l'appel de la CGSP, une partie du personnel communal de Namur arrêtera le travail ce jeudi matin entre 9 et 10h. Le syndicat socialiste réclame, entre autres, une augmentation de salaire de 1 % pour l'ensemble des quelque 1300 fonctionnaires namurois.

"Ce n'est pas le moment, répond le bourgmestre Maxime Prévot. Certes, nos finances sont saines mais nous devons être prudents pour les années qui viennent. Nous sommes très dépendants des décisions du fédéral du point de vue financier. Qui sait ce que le prochain gouvernement nous réserve ? En outre, nous avons déjà beaucoup fait pour le personnel communal : nous avons nommé 280 agents, nous avons augmenté les salaires des ouvriers dans les catégories les plus basses, nous avons engagé dans les services où la charge de travail est la plus pesante, le payement des pensions est garanti... Non, les fonctionnaires namurois ne sont pas maltraités, martèle le bourgmestre. D'ailleurs nous venons de recevoir le prix Randstad qui récompense l'administration communale la plus attractive et la plus respectueuse de son personnel. L'herbe est loin d'être plus verte ailleurs."

Outre une augmentation salariale de 1 %, la CGSP demande une prime annuelle de 300 euros et une augmentation des chèques-repas de 6,15 à 8 euros. Cela coûterait environ 1,5 millions d'euros chaque année à la ville de Namur, dont le budget avoisine 180 millions d'euros.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK