Max est isolé du monde dans sa maison de Beignée

Max Crépin est dans l'impasse
Max Crépin est dans l'impasse - © rtbf.be

Dans ce petit village de Ham-sur-Heure/Nalinnes, Max Crépin a 92 ans et est un héros de la seconde guerre mondiale. Et, depuis quelques mois, le chemin qui mène à sa maison n’est plus accessible à cause de la SNCB.

Depuis septembre 2010, la société Infrabel a décidé de supprimer le passage à niveau se trouvant sur l’unique chemin d’accès carrossable menant à la  demeure de Max. Il s’agissait en fait d’une servitude uniquement utilisée par l’ancien combattant. Bien entendu, si Max Crépin en fait la demande auprès d’Infrabel, la société peut lui recréer un accès dont il devra assumer seul tous les frais : soit 225 000 euros !
Il y a aussi un pont en fer qui est situé plus loin et qui a été construit en 1898. Cet ouvrage permettait jadis d’accéder à la carrière voisine. C’est désormais le seul passage routier vers la maison mais l’état du pont est tel qu’il est très dangereux de s’y aventurer avec un véhicule. Et, dans ce cas-ci, Max y ayant installé un grillage de protection il y a quelques années, la loi exige que ce soit notre homme qui s’occupe désormais de l’entretien du pont en question.

Conséquence : il n’y a plus aucun accès à la maison de Max Crépin pour quelque véhicule que ce soit : ambulance, camion de pompiers ou encore livreur de mazout.

Concernant la livraison de mazout, de manière fort ironique, le bourgmestre de la localité, Yves Binon, suggère à notre héros de se chauffer désormais avec l’électricité ! Un certain humour que l’on reste libre d’apprécier ou non. Mais qui ne livre pas de réponse pour ce qui est de l’accès des véhicules de secours.

Vous trouverez ci-contre :
* le reportage audio de Christine Borowiak
* le reportage télé d’Emmanuel Allard

Daniel Barbieux, Christine Borowiak, Emmanuel Allard
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK