Mauvaise nouvelle pour le secteur spatial liégeois: Keyobs est en faillite

Keyobs avait notamment fourni en temps réel des cartes détaillées de la région de Sumatra (illustration).
Keyobs avait notamment fourni en temps réel des cartes détaillées de la région de Sumatra (illustration). - © www.keyobs.be

La société Keyobs, spin-off de l'Université, installée à Herstal, vient de faire aveu de faillite. La crise économique et la réduction des moyens de l'Agence Spatiale Européenne ont plombé les comptes de cette société informatique spécialisée dans la cartographie à partir d'images satellite.

Keyobs, c'était un fleuron intellectuel liégeois. Elle n'aura pas résisté au rabotage des budgets de l'ESA, l'Agence Spatiale Européenne. Elle était depuis quelques mois en réorganisation judiciaire. Mais ce temps de rallonge aura finalement abouti à la faillite.

Keyobs, c'était le spécialiste de la cartographie satellitaire. Son atout, c'était la rapidité. Bien sûr, il y a Google Earth, mais ces images-là datent souvent de cinq ans. Keyobs fonctionnait en temps réel. Fin 2004 - début 2005, par exemple, Médecins sans Frontières travaillait à Sumatra, pour porter secours aux victimes du raz-de-marée. Comme la catastrophe avait tout rasé, les cartes ne correspondaient plus au terrain. Keyobs avait pu fournir très vite des cartes à jour, en se servant des dernières images satellite, prises après le raz-de-marée.

Keyobs a aussi fait partie de missions économiques wallonnes ; au Congo en particulier, où la société a tenté d'implanter un bureau et semble avoir connu quelques déboires. Mais c'est la crise et les économies dans le budget de l'ESA qui lui ont porté le coup de grâce. Les contrats n'arrivaient plus. La société vient de faire aveu de faillite. Le personnel, peu nombreux, deux ingénieurs et une secrétaire, seront licenciés. Le curateur pense pouvoir vendre la société. Ce qui lui restait de contrats en cours est susceptible d'intéresser ses anciens concurrents.

François Braibant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK