Matonge: la bourgmestre prend un nouvel arrêté pour lutter contre le deal de drogues

La police de la zone Bruxelles-Ixelles est une nouvelle fois autorisée à mener des contrôles d'identité systématiques dans le quartier de Matonge. Elle pourra aussi accomplir des fonctions de surveillance et de contrôles des véhicules et des piétons. C'est la nature de l'arrêté pris fin juin par la bourgmestre d'Ixelles, Dominique Dufourny (MR), comme l'a appris la RTBF.

L'arrêté porte sur la période comprise entre le 1er juillet et le 30 septembre inclus. En raison du sommet de l'OTAN et de l'encadrement des festivités publiques liées à la Coupe du Monde, la police n'a pas pu se déployer totalement à Matonge au cours des deux premières semaines de juillet. "C'est maintenant le cas", assure la bourgmestre auprès de la RTBF.

108 arrestations entre novembre et janvier

C'est le deuxième arrêté du genre, ciblant spécifiquement la zone comprise entre la chaussée de Wavre, la rue Francart, la rue de la Paix, la rue Solvay, la rue Longue Vie, la rue Saint-Boniface, la rue d'Edimbourg ou encore la rue de Naples. Le premier arrêté date de fin novembre 2017. Objectif des deux dispositions: lutter contre le deal de stupéfiants et les nuisances engendrées par les dealers et les consommateurs. Lors de la première opération (entre le 15 novembre et le 15 janvier), la police avait procédé à 108 arrestations judiciaires et dressé 130 procès-verbaux pour incivilités.

Mais malgré le renforcement policier, les nuisances ont repris. "Un rapport de police et une recrudescence des plaintes des riverains font apparaître que de très nombreuses nuisances sont à déplorer", détaille l'arrêté. Ce texte souligne également que "les dealers entendent défendre leur territoire et à ce titre génèrent des troubles de l'ordre ponctuels (tapage, menaces, rixes)". Par ailleurs, la commune souligne aussi "la présence de nombreuses personnes à l'origine des incivilités (dépôts clandestins, personnes qui urinent sur les murs...)."

L'ensemble de ces nouvelles incivilités ont donné lieu, entre janvier et juin 2018 à 62 sanctions administratives, 102 p.-v. judiciaires dont 57 liés aux stupéfiants et 19 arrestations judiciaires. Il s'agit là du résultat d'opérations ciblées et ponctuelles.

Dès 16h de l'après-midi

"Ce nouvel arrêté a été pris suite à un constat", explique la bourgmestre. "Les dealers prennent possession du quartier, de la rue, dès 16h, 17h de l'après-midi. Ils apostrophent les passants, les commerçants, les riverains. Ils recherchent en fait des clients. Et ce quartier est devenu quelque part une zone de non-droit, en toute impunité. Le 4 juillet dernier s'est tenue une réunion publique avec les riverains. Et nous avons décidé rapidement de mettre en place un plan d'actions spécifique pour Matonge."

En attendant, il y a l'arrêté. La bourgmestre espère une série d'arrestations. "Mais ce qu'il faut, c'est que les dealers soient poursuivis par le parquet et pas relâchés après 24 heures. Il faut clairement que cela cesse. Il faut dégoûter les dealers d'être présents dans ce quartier." Pour se faire, la commune et la police ciblera également "les commerçants qui travaillent avec les dealers." Plusieurs services communaux (Urbanisme, Propreté...) et policiers (Brigades d'intervention; maintien de l'ordre, brigade canine, agents en civil...) seront mobilisés dans le cadre de l'arrêté et du plan d'actions.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK