Maternités en sursis : où en sont les établissements liégeois ?

Un récent rapport du KCE recommandait la fermeture de trois maternités en Province de Liège
Un récent rapport du KCE recommandait la fermeture de trois maternités en Province de Liège - © Tous droits réservés

La maternité d’Auvelais, en Province de Namur n’est plus en sursis. Elle a trouvé une solution pour assurer sa survie. Dans un rapport de 2019, le KCE, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé recommandait la fermeture de 17 maternités en Belgique. En Province de Liège, trois maternités étaient aussi pointées du doigt : la maternité du CHR de Huy, la maternité du CHC à Heusy et de celle de l’hôpital Saint-Nicolas à Eupen.

Trop de maternités, trop peu d’accouchements dans ces établissements : voilà l’argument principal du KCE. Selon, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé, pour être viable, une maternité doit pratiquer au minimum 557 accouchements par an.

Parmi les maternités pointées du doigt, il y avait donc celle d’Auvelais, en Province de Namur. Celle-ci vient de trouver un aménagement pour garantir sa survie : une collaboration renforcée avec le CHR de Namur.

Maternité du CHC à Heusy : un nombre croissant d’accouchements

Mais qu’en est-il des trois maternités liégeoises pointées du doigt ? Se sentent-elles toujours menacées ? Il faut d’abord préciser que le KCE émet de simples recommandations. Depuis la sortie de ce rapport, aucun ministre de la santé ne s’est officiellement prononcé en faveur de la fermeture effective de ces maternités.

Du côté de la maternité du CHC à Heusy (anciennement Sainte-Elisabeth), le nombre d’accouchement a considérablement augmenté depuis la sortie de ce rapport. " En 2019, nous étions à 643 accouchements ", précise Nathalie Séverin, gynécologue et cheffe de service. " En 2020, fin novembre nous en sommes déjà à presque 550. Il est donc clair que nous dépasserons le seuil minimal de 557 accouchements, fixé par le KCE ". Deux explications principales à cette hausse des accouchements : une remise à neuf des locaux et l’embauche de nouveaux gynécologues, venus avec leur patientèle.

Maternité Saint-Nicolas d’Eupen : "il est essentiel que la population germanophone soit accueillie dans sa langue maternelle"

A la maternité Saint-Nicolas d’Eupen, seuls quelque 400 accouchements sont pratiqués chaque année. C’est donc moins que le seuil fixé par le KCE. Mais Eupen a la spécificité d’être une ville de la Communauté germanophone. Une particularité qui a elle seule justifierait l’existence de cette maternité. " Nous pensons qu’il est essentiel que la population germanophone puisse être soignée et accueillie dans sa langue maternelle ", estime René Jost, le directeur de l’hôpital Saint Nicolas.

Celui-ci se dit toutefois favorable à des aménagements pour garantir la survie de sa maternité. Par exemple, à des collaborations avec d’autres hôpitaux. " L’expérience d’Auvelais est tout à fait intéressante. Nous allons prendre contact avec eux pour avoir quelques détails. Je pense qu’une collaboration au sein de notre réseau, avec le CHC, qui a la plus grande maternité de Wallonie, serait tout à fait possible. "

Dernier hôpital liégeois pointé par le rapport : la maternité du CHR de Huy. Les responsables de celle-ci n’ont jusqu’ici pas répondu à nos sollicitations.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK