Marianne, prof à Chapelle-lez-Herlaimont: un métier passionnant mais fatigant

Madame Marianne, au tableau depuis 38 ans
Madame Marianne, au tableau depuis 38 ans - © Vinciane Votron

Les profs adorent leur métier... Et pourtant, ils souhaiteraient faire reconnaître leur profession parmi la liste des métiers pénibles. 
Parce que garder l'enthousiasme tout au long d'une carrière, ce n'est pas forcément donné à tout le monde. 

Marianne Marchal est institutrice en 5ème et 6ème primaire à l'Ecole-moi de Chapelle-lez-Herlaimont. Voilà 38 ans qu'elle occupe le devant de la classe, avec un enthousiasme intact. Pourtant, au fil des années, certains aspects du métier l'épuisent : "Le plus fatigant, ce sont parfois les parents qui ne comprennent pas bien ce qu'on demande à leur enfant; ce sont les enfants qui ne suivent pas forcément le rythme du groupe et le bruit à certains moments."

"Madame,..."

Des chaises qui grincent, des interpellations des enfants à tout-va, tout en devant assurer un apprentissage de qualité, pas simple. Mme Marianne a la chance de ne compter que 19 élèves dans sa classe cette année, mais dès que le groupe est plus grand, cela se ressent : "Au-delà de 20 enfants, je pense que le métier devient pénible. 20 enfants qu'ils soient petits, moyens ou grands, tous les enfants au-delà de 20, ils comptent pour deux. Le groupe est plus dissipé. Cela demande plus de temps dans les explications mais aussi dans les corrections." Et quand ce sont les plus jeunes, en 1ère et 2ème année, il faut beaucoup de patience : "Il faut tout leur apprendre!"

A 58 ans, cette institutrice voudrait bientôt pouvoir s'arrêter : "Je fais encore deux ans et puis, je pense qu'il sera encore temps de laisser la place aux jeunes. Il y a un décalage entre des enfants de 10, 11 et 12 ans et moi qui ai 58 ans. Ca fait trois générations entre les deux. A un certain moment, il faut être humble et se dire stop"

Aujourd'hui, la pension légale dans l'enseignement est fixée à 63 ans, mais certaines dispositions permettent de partir plus tôt, moyennant un salaire fixé à 60%. Avec la réforme des pensions envisagées par le gouvernement, les enseignants devront s'aligner sur les autres professions. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK