Manifestations des taxis à Bruxelles: que craindre et pourquoi ?

La circulation va-t-elle être chaotique ce mardi à Bruxelles ? Sans doute. Une manifestation de taxis est annoncée et les organisateurs promettent de bloquer tous les gros axes de pénétrations dans la capitale.

La police de Bruxelles-capitale/Ixelles, que nous avons contactée, nous a annoncé avoir reçu pour l'instant une et une seule demande pour occuper et bloquer l'espace publique,  à savoir une demande de manifestation au rond-point Schuman à partir de 8h30. Voilà un premier secteur à éviter.

Un ring à l'arrêt ? 

Ce ne sera pas le seul. La Fédération belge des Taxis (Febet), qui coordonne le mouvement, nous a affirmé qu'ils allaient tenter de mettre le ring à l'arrêt, dans les deux sens. Essentiellement visés : les arrivées par la E40 depuis la mer, par la E19 depuis le Hainaut et le trajet vers l'aéroport.

Les automobilistes qui viennent depuis la E40 de Liège ou la E411 seront également visés par des actions. C'est en tout cas ce que promettent les taxis. 

Concrètement, les chauffeurs de taxi promettent des actions sur tous les axes majeurs de pénétration dans la capitale, mais aussi du côté de la gare du Midi ou encore du Heysel où un gros rassemblement se tiendra aux alentours du Palais 5, selon la Febet.

La police déconseille d'ailleurs tout simplement de venir en voiture mardi à Bruxelles et annonce de possibles perturbations dès 5h du matin, alors que les organisateurs, eux, affirment qu'ils n'entameront les mouvements que vers 6h30. 

Quoi qu'il en soit, les taxis ont prévu de se rassembler dès 5h30.

Des actions ? Mais pas de blocages ?

Les voiries ne seront d'ailleurs pas bloquées. La loi interdit de bloquer un axe routier. Alors ce sont des opérations escargot qui seront menées, avec barrages filtrants. Bref, des taxis qui occupent toute la largeur de la route et ne laissent dépasser certains véhicules qu'au compte-goutte.

L'action est prévue toute la journée jusqu'en début de soirée, avec aussi le renfort de taxis venus d'autres pays européens. Les organisateurs espèrent mobiliser entre 600 et 1000 chauffeurs.

Quels conseils donner ?

Venez en transports en commun ou arrivez avant 6h30. Plusieurs rassemblements sont prévus à 5h30 en différents endroits (que l'organisateur ne veut pas révéler officiellement), mais son organisateur nous a promis que ces cortèges ne devraient pas se mettre en route avant 6h30. Notamment pour "donner une chance à ceux qui doivent se rendre à l'aéroport et ont un avion à prendre". Il faudra donc se lever tôt, sans garantie que l'ensemble des taxis en colère respecte cette consigne. 

Uber et les licences

Pourquoi ce gros mouvement de colère ?

Les chauffeurs de taxi manifestent contre le nouveau plan de transports rémunéré que la Région bruxelloise, et son ministre de la Mobilité (Pascal Smet, sp.a) veulent mettre en place.

Un plan qui, selon eux, légitimerait la présence d'Uber en donnant la possibilité à ses chauffeurs d'obtenir une licence de conduite.

Les taxis bruxellois y voient une concurrence déloyale et le risque de perdre encore des clients.

Quant aux chauffeurs de taxi européens, ils craignent que ce plan ne crée un précédent qui soit suivi par d'autres villes européennes.

Et puis, deuxième raison, plus directe et quantifiable : jusqu'ici, lorsque vous vouliez lancer une compagnie de taxis, ou devenir indépendant à Bruxelles, il fallait racheter une licence à un autre chauffeur puisque le nombre de licences est limité.

Du coup, ces licences se vendaient souvent plusieurs dizaines de milliers d'euros, un peu comme si vous rachetiez le fond de commerce d'un magasin.

Le hic, c'est qu'à l'avenir, la Région bruxelloise veut changer le système. Elle veut être la seule à délivrer ces licences. Le ministre de la Mobilité propose pour compenser de garantir la reconduction des licences actuelles des taximen pour environ 7 ans.

Une compensation jugée "insuffisante", par les chauffeurs qui craignent de perdre tout ce qu'il ont investi. C'est le cas de Christian Gaillet. Il s'est lancé comme indépendant il y a deux ans et a pour cela racheté une licence à 70.000 euros. Une somme qu'il espérait récupérer dans quelques années lorsque lui-même prendrait sa retraite et passerait sa licence. Aujourd'hui, à 42 ans, il estime avoir tout perdu. Il ira donc manifester, en s'excusant à l'avance des embarras qui seront causés aux personnes qui doivent rejoindre Bruxelles ce mardi. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK