Manifestation pro-turque à Bruxelles : non autorisée mais tolérée

Manifestation pro-turque - Non autorisée mais tolérée
Manifestation pro-turque - Non autorisée mais tolérée - © Belga

Le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt a décidé jeudi "de ne pas autoriser mais de tolérer" le rassemblement pro turc annoncé pour samedi sur le territoire de sa commune.

La plate-forme des Belgo-turcs a annoncé mercredi une manifestation qui devrait avoir lieu samedi de 13h00 à 15h00 à la Gare du Nord, à Bruxelles et qui, selon ses organisateurs, concerne les polémiques sur le génocide arménien.

A travers cette action, la plate-forme souhaite envoyer un message au monde politique afin qu'il ne participe pas aux condamnations unilatérales de la communauté turque.

"De manière générale", a rappelé jeudi Bernard Clerfayt, expliquant sa décision, "l'autorisation sollicitée auprès d'un bourgmestre pour organiser une manifestation n'entraîne pas son adhésion aux mots d'ordre de la manifestation. Le seul champ de sa décision relève du maintien de l'ordre public, puisque l'article 26 de la Constitution garantit le droit d'expression (même d'opinions détestables). En l'occurrence ici, je n'autorise pas cette manifestation. Mais je n'ai pas d'arguments relatifs au maintien de l'ordre m'autorisant à l'interdire".

Selon lui, les forces de police n'ont trouvé aucune information permettant de faire croire que ce meeting pourrait troubler l'ordre public. "S'il devait en être autrement dans les heures ou les jours qui suivent, le bourgmestre prendra les dispositions nécessaires", a ajouté Bernard Clerfayt.

A ses yeux, cette manifestation est "tolérée sous respect de conditions strictes", entre autres: la responsabilité des organisateurs quant au bon déroulement de la manifestation; pas d'insulte envers des autorités publiques; pas de parole ni d'écrit contraire à la loi sur le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme; pas de profanation d'emblème.

Disant comprendre les personnes qui pourraient s'émouvoir d'une telle manifestation, Bernard Clerfayt a enfin dit qu'il n'avait d'autre solution que de la tolérer, "sauf aller à l'encontre du principe de la liberté d'expression". 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK