Manifestation du 6 novembre: début du procès des casseurs présumés

Manifestation du 6 novembre: début du procès des casseurs présumés
Manifestation du 6 novembre: début du procès des casseurs présumés - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a entamé ce jeudi après-midi un procès en procédure accélérée. Il concerne quatre des casseurs présumés soupçonnés d'avoir participé aux violences survenues lors de la manifestation nationale du 6 novembre dernier, à Bruxelles. Seuls deux des quatre dossiers ont été examinés mais aucune décision n'a encore été prise.

Le tribunal correctionnel devrait se prononcer le 8 janvier prochain sur deux des dossiers abordés ce jeudi. Il y a d'abord le cas de David D., le jeune docker anversois est poursuivi pour rébellion. Il a lancé des pierres sur des policiers. Le Ministère public a d'abord réclamé un an de prison avec sursis mais il pourrait aussi prévoir des travaux d'intérêt général, allant de 46 à 300 heures.

Son avocat, maître Jacques Vandeuren: "Mon client n'a jamais prémédité cet acte qu'il reconnaît et regrette, soutient l'avocat. Rien ne prouve qu'il ait blessé un policier ou causé des dégâts. Bien d'autres personnes étaient impliquées dans ces bagarres", précise-t-il.

L'avocat du deuxième prévenu, un docker de Zeebrugge, a suivi grosso modo la même ligne de défense. Les deux autres dossiers seront examinés la semaine prochaine. Quant aux parties civiles, police locale et Ville de Bruxelles, elles n'ont pas souhaité faire de commentaires à la presse.

Jean-Claude Hennuy, Dora Brouzakis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK