Maltraitances à l'Institut psychiatrique de Dave: le juge ordonne au docteur Arnaud Misson de fermer sa page Facebook et sa chaîne Youtube

Maltraitance à l'Institut psychiatrique de Dave: le juge ordonne au docteur Arnaud Misson de fermer sa page Facebook et sa chaîne Youtube
Maltraitance à l'Institut psychiatrique de Dave: le juge ordonne au docteur Arnaud Misson de fermer sa page Facebook et sa chaîne Youtube - © Tous droits réservés

Le tribunal civil du Brabant wallon, siégeant en référé, a ordonné ce mercredi matin au docteur Arnaud Misson de fermer sa page Facebook dénonçant des maltraitances à l'Institut psychiatrique de Dave, ainsi que la chaîne Youtube sur laquelle il avait posté une vidéo dénonçant des faits de violence sur les patients et accusant la direction de l'hôpital de fermer les yeux.

Le tribunal ordonne également au psychiatre namurois de "s'abstenir à l'avenir de diffuser (...) par voie d'e-mails, de films, documentaires, publications sur tous types de médias publics et de déclarations dans la presse, des allégations relatives à des prétendues maltraitances au sein du Centre neuropsychiatrique Saint-Martin ainsi que d'appels à témoins dans ce cadre, sous peine d'une astreinte de 1.000 euros par jour de publication".

Des accusations trop légères

Le tribunal de première instance du Brabant wallon estime que les accusations d'Arnaud Misson à l'égard de l'Institut psychiatrique de Dave ne sont pas suffisamment étayées. Le psychiatre mènerait "une campagne de dénigrement fondée sur des faits imprécis". Une campagne qui, selon le juge, porterait atteinte à l'image de l'Institut psychiatrique dans l'opinion. Le tribunal de première instance a donc largement suivi l'argumentation des avocats de l'Institut qui dénonçait une campagne de "diffamation et de calomnie" de la part d'Arnaud Misson.

"Je trouve cette décision injuste, mais je vais m'exécuter, nous a confié le docteur Arnaud Misson. Je n'ai pas le choix."

Des témoignages sur Facebook

La page Facebook du docteur Misson, intitulée "Maltraitance au Centre neuropsychiatrique de Saint-Martin de Dave", récoltait depuis le début du mois d'août dernier des témoignages de patients ou de leurs proches. Elle était suivie par 160 personnes. Arnaud Misson lui-même y postait régulièrement des messages dénonçant les maltraitances dans le monde psychiatrique en général et à l'Hôpital de Dave en particulier.

Cette décision du tribunal de première instance n'est évidemment pas le point final de ce dossier. Suite aux dénonciations du docteur Misson, une procédure pénale est toujours en cours. En août dernier, la direction de l'hôpital a bénéficié d'un non-lieu devant la Chambre du conseil de Namur. Par contre, un infirmier a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour des faits de violence sur des patients. Il devrait comparaître prochainement devant le tribunal

 

 

Archives : Journal télévisé 23/05/2016

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK