Malgré 95% de résidents vaccinés, une maison de repos hennuyère se reconfine après 12 cas positifs

Avec 95% de résidents vaccinés, le Foyer Notre Dame de Paix, une maison de repos située sur la commune de Quiévrain, en province du Hainaut, ne pensait pas devoir à nouveau fermer ses portes pour cause de Covid. Pourtant, les visiteurs venus rendre visite à leurs aînés ce dimanche 16 mai ont dû rebrousser chemin car c’est le virus qui a à nouveau frappé à la porte de ce home pour personne âgée. Une situation vue comme un "retour en arrière" pour la direction de l’établissement et qui suscite de nombreuses questions quant à la responsabilité du personnel non-vacciné.

"J’ai été assez surprise d’apprendre que de nouveau, le home ferme ses portes pour quelques jours parce qu’il y a des cas de Covid", déplore une dame qui espérait pouvoir réconforter sa grand-mère ayant chuté à plusieurs reprises durant la semaine. Qu’à cela ne tienne, elle se résigne à un sourire et un petit signe derrière la fenêtre de son aïeule, pourtant vaccinée.

En cause : 12 cas de Covid ont été diagnostiqués au sein de la résidence. Parmi eux, sept ont été dénombrés parmi les résidents qui ne présentent pas ou peu de symptômes, en revanche, quatre des cinq membres du personnel soignant infectés sont sujets aux effets de la maladie. Certaines familles de résidents pointent alors du doigt le personnel dont un tiers a refusé le vaccin.

"Au départ il y a eu beaucoup d’appréhensions, puis ça s’est libéré, on est passés à 40% de vaccination auprès du personnel pour monter maintenant à 66%, donc il y a une évolution et ça continue encore", tempère Ariel Dutrieux, directeur de l’établissement. Il estime que rien n’indique que ce sont les membres de son équipe qui ont contribué à rapporter le virus dans le home. "On a de plus en plus de familles qui nous contactent en disant qu’elles sont venues en visite hier, avant-hier, et depuis lors ont été testées positives. Ce n’est pas que la maison de repos."

Si les vaccins garantissent une protection aux formes les plus graves du coronavirus, ils n’empêchent pas pour autant d’être contaminé. C’est la raison pour laquelle, tant qu’une part suffisante de la population n’est pas vaccinée, il est conseillé aux personnes vaccinées de continuer à appliquer les gestes barrière pour éviter de faire circuler le virus, même si elles ne sont plus menacées.


►►► À lire aussi : Coronavirus : quelle protection après la première dose de vaccin ? Il faut être prudent


Exit les visites en chambre

En attendant, il a été décidé que le Foyer Notre Dame de Paix n’accepterait plus de visites pour une durée de deux semaines alors qu’elles étaient à nouveau autorisées depuis mars. L’annonce a fait de nombreux déçus. "Cela fait un petit moment qu’on pouvait aller dans leur chambre et aller se promener, donc à partir de ce jour, on se verra à l’extérieur", se désole Freya, la fille d’une résidente. Elle a tout de même laissé quelques victuailles à sa maman pour pouvoir supporter ces quelques jours à nouveau confinée. "Je lui ai apporté un peu de ravitaillement parce que maman aime bien sa petite bière le soir, quelques bananes et des fleurs", énumère-t-elle.

Dans une semaine, la situation que la direction estime "triste pour tout le monde" sera à nouveau analysée pour réévaluer le risque de potentielles visites. "On va refaire un testing généralisé pour voir un peu où on en est", précise Ariel Dutrieux.

Pas d’obligation en vue

Faut-il obliger le personnel soignant des maisons de repos à se faire vacciner pour éviter ce type de scénario ? "Si certaines maisons de repos où le taux de vaccination n’est pas important dans le personnel, alors on repasse par les médecins coordinateurs pour faire une campagne de sensibilisation", indique Christie Morreale, la ministre wallonne de la Santé. Aucune obligation n’est donc au programme.


►►► À lire aussi : "On voit la lumière au bout du tunnel" pour la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale (PS)


Toutefois, elle encourage l’ensemble de la population à passer par la case vaccination. "Pour pouvoir ouvrir l’ensemble des secteurs, faire en sorte que l’ensemble des personnes puissent rentrer sans barrières, il faut que toute la population soit vaccinée à au moins 70% et ça, on espère y arriver en juillet."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK