Made in Belgium: du whisky en Hesbaye

Le whisky est fait à partir de différents grains. Mais le plus pur des breuvages, le plus réputé, qui représente 15% du marché, c’est le "single malt whisky". C’est celui que Etienne Bouillon a voulu créer il y a près de 10 ans.

Il voulait installer sa distillerie en Hesbaye. Pour profiter des bienfaits du sol de la région, du savoir-faire des cultivateurs. L’orge utilisé pousse dans les champs autour de la distillerie. Il est ensuite concassé, malté à Beloeil.

A son retour dans la ferme du Goreux, à Fexhe-le-Haut-Clocher, le voilà noyé dans de l’eau chauffée à 65 degrés. Le single malt n’a pas besoin de plus d’ingrédients. Il a juste besoin de temps. Car après la macération, vient la phase de fermentation pendant 72 heures. Puis la distillation. Dans deux alambics à col de cygne. Ils viennent d’Ecosse, ont été rachetés dans l’une des distilleries les plus anciennes, les plus réputées, la Caperdonich.

L’investissement est de taille. Il va permettre d’augmenter la productivité. Car la capacité actuelle ne suffit plus. Mais avant de goûter aux premières bouteilles fabriquées avec ces mastodontes, il faudra attendre 3 ans. C’est le temps de repos dans des fûts de chêne américain. Le temps nécessaire pour obtenir l’appellation whisky.

Le « Belgian Owl » a tout d’un grand. Il est médaillé, récompensé et très bien côté internationalement. « Owl » pour chouette. Mais le terme signifiait aussi dans l’antiquité « savoir » et « sagesse ». Tout ce qu’il faut pour produire un whisky très bon, très belge ! 

Véronique Barbier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK