Lutte contre les pickpockets à Braine-l'Alleud: un projet-pilote inopérant

Aucune arrestation de pickpocket en situation illégale à Braine-l'Alleud, dispositif fédéral inefficace?
Aucune arrestation de pickpocket en situation illégale à Braine-l'Alleud, dispositif fédéral inefficace? - © Belga Image

Les pickpockets en situation illégale sont visés depuis la mi-décembre par un projet-pilote du gouvernement fédéral, le projet GAUDI. L'objectif est de pouvoir renvoyer ces voleurs plus rapidement dans leur pays d'origine lorsqu'ils sont arrêtés en flagrant délit. Le dispositif est testé dans plusieurs villes dont Braine-l'Alleud, commune la plus peuplée du Brabant wallon. Or à Braine-l'Alleud, la police n'a effectué jusqu'à présent aucune arrestation de ce genre.

Ce sont les voleurs à la tire qui sont visés, les pickpockets qui opèrent en toute discrétion dans les endroits très fréquentés, notamment sur les marchés de Noël en période de fêtes. Mais à Braine-l’Alleud, personne n’a été pris en flagrant délit depuis le lancement du projet-pilote à la mi-décembre. Faut-il en conclure que la mesure est inefficace ? "Je ne dirais pas qu'elle est inefficace, explique le commissaire Stéphane Van Haeren, chef de zone de la police de Braine-l’Alleud. Simplement, notre commune est pour l'instant relativement épargnée par les infractions visées par ce projet-pilote. Ce sont plutôt les cambriolages qui posent problème chez nous. Nous avons par exemple procédé récemment à des interpellations dans deux dossiers distincts de personnes qui n'ont aucune résidence connue en Belgique, pour des cambriolages commis avec violence. Mais ces personnes ont été placées sous mandat d'arrêt par la justice, vu la nature des faits. Elles ont donc échappé à la compétence de l'Office des Etrangers".

Toutes les communes potentiellement concernées

Si Braine-l'Alleud n'est pas tellement concernée par le phénomène du vol à la tire, il faut tout de même rester attentif. "Très souvent, ce sont des bandes organisées qui agissent, elles procèdent très vite et se déplacent très vite, ajoute le bourgmestre Vincent Scourneau. Toutes les communes peuvent être, à un moment donné, touchées par ce type de délinquance".

Appliqué à Liège, Charleroi, Bruxelles, Molenbeek, Anvers, Gand, Louvain et Braine-l'Alleud, le projet-pilote voulu par le ministre de l'Intérieur et le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration prendra fin le 18 janvier. Il fera ensuite l'objet d'une évaluation. "Il faudra bien sûr se pencher sur la pertinence de ce projet, conclut Vincent Scourneau. Mais quoi qu'il en soit, toutes les procédures et tous les moyens qui sont mis en place pour améliorer la sécurité sont toujours intéressants à examiner".

Hugues Van Peel

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK