Lutte contre la radicalisation: Bruxelles "maintiendra le cap", Benzine et Privot aussi

Rudy Vervoort, ministre-président de la Région bruxelloise
2 images
Rudy Vervoort, ministre-président de la Région bruxelloise - © RTBF

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) "regrette" la décision des islamologues Michaël Privot et Rachid Benzine de se retirer, quelques jours après le comédien et réalisateur Ismaël Saïdi, du projet de contextualisation du Coran porté par la Région.

"Je ne peux que déplorer le retrait de ces deux acteurs majeurs du projet, a-t-il déclaré à la RTBF, mais je peux le comprendre. Ils ont fait l’objet de pressions que je regrette, et c’est pourquoi il y a urgence pour la Région bruxelloise d’avoir un tel projet de terrain. Ismael Saidi l’avait prédit: il savait que ce projet de vulgarisation du Coran, de déradicalisation allait déranger. Il n’a pas mesuré l’impact de celui-ci".

"Mon gouvernement maintiendra le cap qu'il s'est fixé"

"J’ai constaté ces derniers jours que les projets soutenus par la Région avaient, sur le fond, reçu un excellent accueil", a par ailleurs déclaré Rudi Vervoort par voie de communiqué: "Nous devons donc prendre la décision – que je respecte – de Messieurs Privot et Benzine comme une occasion d’aller plus loin encore dans nos projets de lutte contre la radicalisation violente et la polarisation. Mon gouvernement continuera à développer son dispositif et maintiendra le cap qu’il s’est fixé". Le ministre-président ajoute que "ce combat doit être mené en collaboration avec les intellectuels et des spécialistes, et il doit recevoir un soutien massif des pouvoirs publics car il en va du vivre-ensemble dans notre Région".

"De nombreux contacts" ont été pris pour relancer un projet

Concrètement, que va-t-il advenir du projet? "Nous savons qu’il y a une nécessité sur le terrain pour contrer ce phénomène, a rappelé Rudi Vervoort. "Nous allons dans un premier temps laisser retomber la pression médiatique sur ce projet. Mais la Région bruxelloise a déjà pris de nombreux contacts avec des acteurs de terrain, l’associatif, le culturel, pour relancer au plus vite un projet. Je suivrai le travail entrepris par Ismaël Saidi, Michaël Privot et Rachid Benzine. Mais seuls eux décideront plus tard s’ils veulent y associer la Région."

"On va continuer notre action", confirmer Didier Gosuin

Didier Gosuin (DeFi), ministre bruxellois de l’Économie et de l'Emploi, a également confirmé ce lundi matin, sur les ondes de la Première, l'intention de la Région de continuer à miser sur la sensibilisation des jeunes: "On va continuer à expliquer aux jeunes que la voie d’un Islam qui n'est pas un Islam occidental n’est pas une voie possible ; que le Coran est tout à fait compatible avec nos lois mais, évidemment, il ne faut pas non plus écouter les mouvements les plus radicaux. On va donc continuer notre action contre le radicalisme".

Lettre ouverte de Michaël Privot et Rachid Benzine​

Michaël Privot et Rachid Benzine ont communiqué leur décision de retrait du projet au travers d'une lettre ouverte adressée au ministre-président bruxellois ce dimanche 17 janvier. "Nous souhaitons prendre le temps de réfléchir à une autre façon de les poursuivre, détachée des enjeux politiques et communautaires immédiats, écrivent-ils. Car ces projets, pour vivre, pour être entendus, ont besoin d’être compris pour ce qu’ils sont: un travail scientifique de vulgarisation d’un savoir qui peut sauver beaucoup de jeunes de l’emprise d’une lecture radicale voire guerrière. Or aujourd’hui, nos projets sont réduits, bien malgré nous, à un enjeu politique et des luttes communautaires conjoncturelles dont nous ne souhaitons pas être prisonniers."

Dans un entretien accordé à la RTBF ce lundi, Michaël Privot affirme en effet avoir été "copieusement insulté", notamment par des voix émanant de la communauté musulmane. Il explique ces tensions par un problème de compréhension et de communication. Les deux hommes ne perdent cependant pas espoir, affirmant dans la lettre ouverte: "Nous reconstituons une équipe d’une quinzaine de personnes, notamment avec Ismaël Saïdi, et nous avancerons à notre rythme, en nous nourrissant de l’énorme énergie positive que ces projets ont aussi suscitée".

Michaël Privot et Rachid Benzine soulignent également les efforts de la Région de Bruxelles-Capitale, qui "a, par son soutien, prouvé qu’elle pouvait aujourd’hui écouter et comprendre des projets originaux et porteurs : nous espérons fortement que ce souffle continuera et que nous verrons naître bien d’autres projets qui, conjugués au nôtre, réinventeront ce faire-ensemble dont nous avons tant besoin".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK