Loverval : une école envisage une action judiciaire contre la Région wallonne

Deux accidents en six mois : des étudiantes fauchées par des chauffards alors qu'elles traversaient sur le passage protégé. L'institut Notre-Dame est en effet située à proximité de la N5, un endroit où, selon la direction, la sécurité des piétons est loin d'être assurée.

Janvier 2009, une étudiante quitte le site de l'institut Notre-Dame de Loverval, elle traverse la Nationale 5 sur le passage clouté et est percutée par un véhicule. Près de neuf mois plus tard, elle subit encore les séquelles de cet accident. En juin, un deuxième incident de ce type survient : une autre jeune fille est blessée par un automobiliste.

Pour l'institut Notre-Dame, il est plus que temps de prendre des mesures. Guy Dethier, administrateur : "Nous interpellons les pouvoirs publics depuis 1983. Et il ny a jamais eu que des mesurettes pour améliorer la situation. La route est une route nationale, ce qui veut dire que la responsabilité de léquipement incombe à la Région wallonne."

C'est donc ce niveau de pouvoir que l'école interpelle à nouveau mais, cette fois, c'est devant la justice que l'institut Notre-Dame compte citer la Région Wallonne. Guy Dethier : "Une citation dans laquelle nous mettons la Région wallonne en demeure dassumer ses responsabilités sur le plan de la sécurité de la route. Avec un dépôt dastreintes, dans la mesure où elle ne remplirait pas cet objectif."

Et pour l'institut, la sécurité passera par une modification en profondeur de la voirie, voire même l'installation d'une passerelle permettant une traversée sans danger de la nationale. 

(J-Ch. Adnet)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK