Loverval : le tour du monde sans quitter la Belgique

LA visite du cabinet de curiosités de Léon Gobillon commence dans son jardin
2 images
LA visite du cabinet de curiosités de Léon Gobillon commence dans son jardin - © Tous droits réservés

Pendant 45 ans, Léon Gobillon et son épouse ont parcouru le monde à la recherche d’objets d’artisanat tribal à proposer dans leurs six magasins, dont l’enseigne Curios longtemps bien connue à Charleroi. Leur périple commença lorsque Léon fût envoyé en Afrique du Sud pour des raisons professionnelles pour une durée d’un an. De cette expérience, ils acquirent le goût des voyages. S’ensuivirent des périples en Inde, au Népal, en Indonésie, au Pérou, en Ouzbékistan. Une vingtaine de pays visités à plusieurs reprises pour certains. Mais ces voyages, ce n’était pas des voyages de touristes ordinaires. A plus de 80 ans, Léon et son épouse ne voyagent plus mais veulent faire partager leurs expériences de globe-trotters.

A la recherche d’histoires et de rencontres

"Nous n’allions pas dans des pays sans savoir où nous mettions les pieds. Les voyages nous demandaient plusieurs mois de préparations. Nous n’allions pas pour acheter de bêtes objets. Nous voulions des choses qui avaient une histoire. Nous allions à la rencontre des paysans dans des villages et nous étions reçus de manière exceptionnelle par ces gens qui vous offraient ce qu’ils avaient malgré leur pauvreté. Comme au Népal où ils nous ont offert cette espèce de lait absolument dégueulasse. Nous passions du temps avec eux parce que lorsque ce qu’ils proposaient nous intéressait, il fallait qu’il le fabrique. Avec des outils préhistoriques ou presque. Pour fabriquer un bijou, certains utilisaient de simples becs buzen pour faire fondre l’argent. Je me souviens d’un paysan qui nous a accueillis de manière merveilleuse. Nous lui avons acheté tout ce qu’il avait. Et c’était exceptionnel parce que nous avons pu le mettre à l’aise pour longtemps."

Leur collection pleine de souvenirs

La collection privée d’objets du monde entier raconte la vie du couple Gobillon. Derrière chaque chose exposée dans son cabinet de curiosité, il y a un souvenir du couple : "ça, c’est un piranha, explique Léon Gobillon. Ces bestioles, si vous avez une petite plaie et que vous tombez à l’eau, elles vous dévorent en moins de deux ! Nous étions en randonnée le long du fleuve Amazone. Notre guide et nous pêchions pour le repas du soir. Mon épouse a attrapé un piranha mais quand elle a vu les dents de la bête, elle a tout balancé à l’eau ! Le poisson, la canne à pêche, tout…"

Toujours dans la forêt, Léon raconte encore avec passion : "Nous sous la grande hutte qui abrite la tribu. Ils m’ont invité à souffler dans cette sarbacane. Il fallait viser des objets. J’ai soufflé et par miracle, la fléchette s’est plantée dans cet objet qui était attaché à un collier. C’est la représentation d’un zizi. Alors ils me l’ont donné et j’ai acheté la sarbacane. C’est mon objet préféré". Léon est intarissable !

A l’autre bout du monde, une autre anecdote liée à l’espèce de pointe-crochet qui sert au cornac à guider son éléphant : "Au Népal, nous avons fait un stage. Nous avons appris à monter un l’éléphant. Lors d’une balade, mes lunettes se sont accrochées à une branche et sont tombées dans la brousse. J’ai à peine eu le temps de le dire que le cornac avait fait demi-tour avec son éléphant qui a retrouvé mes lunettes et avec sa trompe les a tendues, avec sa trompe par-dessus sa tête au cornac. Il faut le voir pour le croire !"

Des visites et un livre… Et des peintures

Léon Gobillon propose à qui le souhaite de venir découvrir son cabinet de curiosité, chez lui, à Loverval. Cela s’organise par réservation à son numéro 0.478.448.128. Sa motivation, c’est le partage. Des objets et des milliers de photos prises par son épouse et que Léon s’attache à répertorier et documenter. Son prochain partage, ce sera à travers un livre.

Les voyages ont également inspiré l’épouse de Léon Gobillon, artiste peintre. Plusieurs toiles accompagnent la visite du cabinet de curiosités, inspirées par les vues et les peuples rencontrés.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK