Louvain-La-Neuve veut en finir avec le tapage nocturne

La ville d’Ottignies-Louvain-La-Neuve veut lutter contre le tapage nocturne et peut désormais directement sanctionner les contrevenants, avec des procédures accélérées.
La ville d’Ottignies-Louvain-La-Neuve veut lutter contre le tapage nocturne et peut désormais directement sanctionner les contrevenants, avec des procédures accélérées. - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Les plaintes pour tapage nocturne sont en augmentation à Louvain-La-Neuve par rapport à 2013, avec 668 appels enregistrés l'an dernier, à savoir deux cas par nuit en moyenne. La ville d’Ottignies-Louvain-La-Neuve vient de signer une convention avec la justice. Les autorités communales peuvent désormais directement sanctionner les contrevenants, avec des procédures accélérées.

La convention signée avec le procureur du Roi laisse désormais la possibilité aux autorités communales de Louvain-La-Neuve de juger de l'opportunité d'une sanction immédiate et d’en évaluer le montant. Le plafond des amendes passe de 250 à 350 euros. Mais ces sanctions ne seront pas directement infligées aux premiers contrevenants, comme le souligne Maurice Levêque, Chef de la zone de police:

"C’est une sanction qui à ce niveau ne peut-être qu’exceptionnelle, basée sur une récurrence des faits ou une mauvaise foi crasse qui méritent d’être sanctionnées. On n’en est pas là. Je pense que le fonctionnaire sanctionnateur, bien souvent, donnera un avertissement et puis certainement après des sanctions."

Mais le principal intérêt de la nouvelle formule est la rapidité de la procédure, qui après identification du ou des auteurs, devrait être réglée en quelques semaines.

D'après les chiffres de la police, les plainte pour tapage nocturne ont quasi doublé en dix ans, principalement concentrées dans le centre de Louvain-la-Neuve. Jean-Luc Roland, le bourgmestre fait un lien évident avec les nouveaux comportements des jeunes en matière d'alcool:

"Avant de sortir, les étudiants commencent à boire un verre. Ce sont même des alcools forts comme de la vodka. Ils passent quelques heures ensemble dans leur kot. Et puis ils sortent vers 22h, 23h. Et là, ils consomment en principe de la bière. Et ce mélange d’alcool est un peu détonnant. Et quand ils ressortent vers 2h ou 3h du matin ça peut faire un effet détonnant, qui prend de multiples aspects."

La prévention comme moyen d’action

Cependant, les autorités communales veulent s'attaquer au cœur du problème et en fait une des priorités de son plan zonal de sécurité. Mais la tendance n’est pas à la répression, mais plutôt à la prévention:

"Nous essayons d’agir sur tous les aspects. Mais c’est clair que c’est le travail préventif avec un travail de sensibilisation envers les étudiants qui est le plus important. C’est d’ailleurs ce qu’on fait depuis trois quatre ans avec tous les acteurs. C’est une réflexion accompagnée d’actions autour de la thématique que nous avons intitulé Louvain-La-Nuit. C’est ce qui fait la particularité de notre zone de police, ce qui se passe la nuit à Louvain-La-Neuve, autour de l’alcool." conclut le bourgmestre.

Nicolas Franchomme, Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK