Louvain-la-Neuve : une semaine pour se familiariser avec la vie à l'université

Les membres du Rhétokot répondent aux questions des futurs étudiants
Les membres du Rhétokot répondent aux questions des futurs étudiants - © S. Vandreck

A quoi ressemblent des cours en auditoire ? Comment se déroule une année d’études ? Comment se passent les sessions d’examens ? Dans quel genre de kot se loger ? Les questions que se posent les élèves de rhéto sont nombreuses à moins d’un an du grand saut dans les études supérieures. Comme les universités ne sont pas en congé pendant cette semaine de Toussaint, elles en profitent pour ouvrir leurs portes aux élèves de sixième secondaire, pour leur donner un avant-goût de la vie d’étudiant. C’est notamment le cas à l’UCLouvain, jusqu’à jeudi inclus. Les rhétos peuvent notamment assister à des cours ouverts. Juliette hésite encore entre les sciences biomédicales et les études de bio ingénieur. "Le cours auquel j’ai assisté était bien structuré, s’enthousiasme-t-elle. Quand on sort de rhéto, on se demande comment ça se passe et on a été rassurés en arrivant au cours". Laura et ses amis ont, eux, été plutôt impressionnés par le cours d’introduction au droit qu’ils ont suivi : "Il n’y avait pas beaucoup de place. Tout le monde prenait des notes sur son ordinateur, ça allait vite ! On ne connaît pas ça en secondaire", s’étonne la jeune fille.

Rhétokot

Les rhétoriciens ne sont cela dit pas livrés à eux-mêmes sur le campus. Les membres du Rhétokot assurent une permanence pour les guider et répondre à leurs questions. Une visite du kot à projet et une séance d’information sont même prévues tous les midis pour détailler tous les aspects de la vie estudiantine : de l’organisation des cours aux guindailles, en passant par les services d’aide et les modalités de location des kots. Claire et Capucine, qui les accueillent, jouent un peu le rôle de grandes sœurs. "Ma petite sœur est en BAC1, reconnaît-elle avec un grand sourire. J’ai l’impression de faire avec eux ce que j’ai fait avec elle. C’est une vie très différente. Les cours, l’organisation sont complètement différents. On essaie donc de leur expliquer tout ça de notre point de vue d’étudiants". Caroline est venue avec beaucoup de questions sur la manière dont il faut s’y prendre pour réserver un kot. Pour le reste, cette future étudiante en psycho, se dit plutôt rassurée. "C’est gérable. Il faut surtout bien s’organiser et bien étudier. Mais j’ai appris qu’il y avait des cours de méthodologie pour s’y préparer. Donc je crois que ça ira", affirme-t-elle, confiante.

C’est la vie qui va changer, quoi !

Dans les rangs des visiteurs du jour, Magali est venue accompagner sa fille, Maëlle. Elle écoute avec attention les très nombreuses informations données par les étudiantes du Rhétokot. "C’est peut-être un peu gênant pour elle que je sois là, mais en même temps ça me rassure. J’entends qu’il y a de l’aide, que des étudiants sont là pour accompagner les nouveaux. C’est rassurant car je ne serai plus avec elle", réagit-elle. Mère et fille sont aussi soulagées en découvrant la taille de la chambre qu’occupe Claire. Et les cours en auditoire n’ont pas non plus fait peur à Maëlle : "Il y a quand même des interactions avec les profs. J’ai d’ailleurs vu des étudiants aller poser des questions après le cours". Des réactions qui n’étonnent pas Elisa et Chloé, deux autres membres du Rhétokot, qui gèrent le stand d’information. "La question qui revient le plus souvent, c’est : comment gérer ce gros trou entre la rhéto et l’université ? Comment se gérer seul, sans papa et maman, même si on ne kote pas ? C’est la vie qui va changer, quoi !".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK