Louvain-la-Neuve : évacuation d’une résidence d’étudiants après intoxication à un produit irritant

Vingt-deux occupants d'une résidence d’étudiants du chemin des Sages, à Louvain-la-Neuve, ont été évacués ce lundi soir après avoir souffert d’irritation des yeux et de la gorge. Ces personnes ont été examinées au poste médical avancé installé par les pompiers. Deux d’entre elles ont été emmenées à la clinique Saint-Pierre d’Ottignies car elles étaient un peu plus touchées que les autres, mais leurs jours ne sont pas en danger. Le plan d'urgence et d'intervention communal a néanmoins été déclenché par la bourgmestre Julie Chantry, avant d'être levé vers 23h05.

On ne connaît pas l’origine de cette intoxication. Elle serait due à un produit chimique non identifié dans le hall d'entrée de l'immeuble. "On a trouvé un endroit où il y avait un produit irritant, on a nettoyé à l'eau et avec du savon comme prévu dans la documentation, explique Philippe Vos de Wael, directeur des opérations au sein de la zone de secours et directeur du poste de commandement ce lundi soir. Les vapeurs se sont disséminées au rez de chaussée et les étudiants ont perçu cette odeur."

"Au départ, on s'imaginait que c'était du gaz, explique Guido Eyckelmans, promoteur et propriétaire du bâtiment. Après que les pompiers et la police ont fait leur recherche, ils ont compris que c'était un acide irritant qui faisait pleurer et irritait la gorge. Nous avons accueilli et dirigé les étudiants vers une salle commune où nous avons pu les faire attendre." Selon lui, les pompiers ont dit qu'ils n'avaient jamais senti cette odeur.

Cent vingt étudiants dans la résidence

Seules les personnes présentant les symptômes ont été sorties et soignées, ce qui veut dire que tout le bâtiment n’a pas été évacué : les personnes qui étaient encore dans leur appartement ont simplement dû rester confinées. Vers 23h, le périmètre de sécurité a été levé, et les étudiants de la résidence ont pu réintégrer l’immeuble. "C'est une intervention qui nécessite une coordination multi-disciplinaire", remarque Philippe Vos de Wael.

Au final, plus de peur que de mal pour les étudiants, même si c'était un événement "imprévisible et très désagréable", remarque Guido Eyckelmans, qui a eu peur de devoir reloger les 120 étudiants de la résidence. "Nous considérons que nous sommes responsables, nous sommes à la disposition de nos locataires", précise-t-il. Ceux-ci ont été invités à rejoindre leur bien en toute sécurité.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK