Lodelinsart : une future mosquée vandalisée

Illustration
2 images
Illustration - © RTBF

Un bâtiment qui doit prochainement accueillir une mosquée a été vandalisé dans la nuit de lundi à mardi. Sur les murs d'enceintes, des inscriptions islamophobes ont été taguées, une tête de cochon a été enterrée sur le site et un mur aspergé de sang

''On est choqué, on ne comprend pas. On se considère comme citoyen à part entière'', déclare Mohamed Benachir, le président de l'asbl responsable de la future mosquée. ''Maintenant, on voit qu’on est persécuté chez nous''.

Sur la façade du bâtiment, des tags : ''Oui, des tags à l’encontre de notre Prophète, aussi une tête de porc où l’on a marqué 'Ici est enterré Mahomet'''

Pour Mohamed Benachir, ces incidents sont le fait d'individus isolés, qui voient d'un mauvais œil le déménagement de la mosquée de Gilly vers ce site de Lodelinsart. 

"Charleroi est une ville multiculturelle depuis toujours. Il y a une entente. Les gens qui viennent ici sont, pour la plupart, d’anciens mineurs italiens, polonais, belges (…) Pour moi, il s’agit d’un petit groupe, j’en suis sûr et certain. On ne va pas envenimer la situation". Des appels au calme seront ainsi diffusés au sein de la communauté musulmane, a-t-il affirmé.

"Un geste provocateur"

Le professeur de religion islamique Ahmed Mahfoud considère mardi comme "un geste provocateur" cette intrusion. Le professeur estime que ce "geste provocateur" tente de "jouer sur la mauvaise compréhension des traditions musulmanes que peuvent avoir certaines personnes".

Ahmed Mahfoud réfute l'idée que le choix de l'animal ait une dimension particulière pour les musulmans. Tuer un animal sans raison est un pêché grave selon l'islam, rappelle le professeur. "C'est assimilable à un assassinat et donc un motif pour mériter l'enfer. A contrario, être bon avec les animaux est un motif pour mériter le paradis. L'islam ne fait aucune distinction entre les animaux".

La consommation du porc a été écartée pour des raisons scientifiques et d'hygiène, explique Ahmed Mahfoud. "Mais il s'agit néanmoins d'un animal noble créé par Dieu. Il a donc la même valeur que les autres", précise-t-il.

Le MRAX va saisir la justice

Le MRAX "condamne avec la plus grande fermeté" les faits, qu'il qualifie "d'acte grave", a fait savoir mardi le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie.

"Cet acte, d'une grande violence symbolique envers la population musulmane, est susceptible de libérer la parole raciste", estime le président du MRAX, Placide Kalisa. "Cet acte survient dans un contexte général où le discours populiste a le vent en poupe. Les discours stigmatisant les musulmans, ainsi que les faits de discrimination à l'embauche et au logement sont en recrudescence. La crise actuelle favorise la désignation et l'exclusion de boucs émissaires."

Après avoir échangé avec plusieurs personnes et responsables des communautés musulmanes de Charleroi, le MRAX estime qu'il y a suffisamment d'éléments probants pour déposer une plainte devant le Procureur du Roi "aux fins que les auteurs soient identifiés et que ces actes de vandalisme et de haine racistes soient jugés".

"L'islamophobie est de plus en plus décomplexée et croissante en Belgique et en Europe", considère l'association.

Le monde politique carolo fait part de son indignation

"Il ne faudra pas s'étonner de voir triompher les thèses du Front National si, à chaque fois que la communauté musulmane a la possibilité de monter un dossier en toute légalité, on lui met des bâtons dans les roues et on la pousse sur les trottoirs", a affirmé l'échevin carolo de l'Aménagement du territoire, Eric Massin (PS).

L'échevin précise que l'association At-touba, visée par l'action, n'avait encore introduit aucun dossier auprès des services de la Ville. "Certains ont cependant déjà du mal à cacher des opinions intolérantes", a-t-il ajouté.

Olivier Chastel (MR), ministre fédéral de la Coopération au développement et par ailleurs conseiller communal carolo, a violemment condamné "un acte inadmissible". Il a également exprimé sa sympathie à l'égard d'une association "qui a la volonté de développer ses activités de façon paisible et dans le respect de tous".

Luc Parmentier, conseiller communal Ecolo a exprimé le même genre de regrets. "Tout action de ce genre est condamnable, qu'elle s'attaque à une mosquée, une synagogue, une église ou au Centre d'action laïque", a-t-il affirmé.

Jean-Jacques Viseur : "Un geste imbécile et provocateur"

Le bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur, a fermement dénoncé mardi après-midi le dépôt d'une tête de cochon et l'inscription de propos blasphématoires sur la future mosquée.

Cet acte constitue selon lui un "geste imbécile et provocateur derrière lequel on peut lire la volonté de stigmatiser une religion". A cet égard, il doit être puni, a affirmé le bourgmestre. Devant un tel geste, nous sommes tous musulmans, a-t-il ajouté.

Outre le geste, le bourgmestre de Charleroi a dénoncé la propagande en œuvre contre le projet de mosquée. Voici quelques semaines, il a ainsi pu constater que celui-ci était violemment dénoncé par un conseiller communal FN. "Incontestablement, il y a des discours qui jouent sur les esprits les plus dérangés", a-t-il affirmé.

Paul Magnette : "Il faut dépassionner le débat"

Les méfaits commis à Lodelinsart sont scandaleux et doivent être condamnés, a affirmé Paul Magnette (PS), ministre fédéral de l'Energie et président de l'Union socialiste communale (USC) de Charleroi.

Les faits témoignent, selon lui, d'une forme évidente de racisme. Durant les dernières semaines, Paul Magnette a relevé, dans le chef de "certains agitateurs", des tentatives d'exploitation politique du projet défendu à Lodelinsart par l'association At-touba. Ces "agitateurs" n'ont pas hésité, selon le ministre, à déformer certains aspects du projet. Dans leur bouche, le projet d'une école de devoirs, imaginé par l'association, est devenu de façon fallacieuse celui d'une école coranique, a affirmé Paul Magnette.

Pour tenter de dépassionner le débat, le PS carolo a, poursuit Paul Magnette, défendu mardi, lors d'une réunion du collège communal, l'idée d'une table ronde réunissant des représentants des trois partis de la majorité (PS-MR-cdH), voire d'Ecolo, ainsi que les riverains. Ces réunions pourraient avoir lieu prochainement. Paul Magnette souhaite que le dossier de la mosquée, qui sera prochainement introduit, soit traité sur le plan urbanistique comme n'importe quel autre dossier. Du point de vue des principes, il a affirmé que le PS est favorable à une société laïque mais tolérante.

Jean-Christophe Adnet, Xavier Van Oppens avec Ju. Vl. et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK