Liège: une grue de 151 mètres pour construire la Tour des Finances

151 mètres de structure sont nécessaires pour élever les 28 étages de la Tour des Finances
3 images
151 mètres de structure sont nécessaires pour élever les 28 étages de la Tour des Finances - © RTBF

La plus grande grue de construction jamais montée à Liège mesure 151 mètres. Une telle hauteur s’impose pour construire les 28 étages de la Tour des Finances, dans le quartier des Guillemins. Avec ses 118 mètres, la "Tour Paradis" deviendra l’immeuble le plus haut de la Cité ardente, et détrône ainsi la Tour Atlas de Droixhe (87 mètres) et les 85 mètres de la Tour Kennedy. Et si la taille de ce nouveau gratte-ciel devient le nouveau record du côté des immeubles liégeois, la hauteur de la grue tient aussi de l’exploit.

L’immense grue présente dans le quartier des Guillemins est sans doute la seule de cette taille à avoir été utilisée à Liège. 151 mètres de structure sont nécessaires pour élever les 28 étages de la Tour des Finances, mais seulement 141 mètres sont visibles puisque sa base se situe au sous-sol, niveau -3. Une seconde grue, qui mesure 20 mètres de moins, assiste la première.

De telles structures ne se soutiennent évidemment pas seules. Les grues "tour" utilisées par l’entreprise Galère en charge des travaux, ne peuvent pas, sans soutien, dépasser les 50 mètres. Des amarrages sont donc mis en place et le rôle du tuteur est joué par la Tour des Finances. Au fur et à mesure de la construction, de nouveaux amarrages sont montés pour stabiliser la grue.

En outre, la situation géographique des travaux n’est pas idéale. Les habitations et les bureaux étant très proches de la nouvelle construction, certaines parties du quartier deviennent des zones bloquées et les mouvements des grues sont restreints. Pour éviter tout accident, chaque grue est équipée d’un ordinateur de bord. Après l’encodage de la disposition du quartier, un programme anti-zoning détermine le périmètre à ne pas dépasser. Ainsi, le chariot contenant les charges se bloque dès la limite atteinte.

En cabine, les grutiers sont totalement seuls. Des communications par radio sont tout de même prévues afin d’assurer un maximum de sécurité. Ils s’aident également d’une caméra, posée sur le chariot, ce qui leur offre davantage de visibilité. Et comme l’explique Ferdinand Ramacciotti, conducteur du chantier "ils sont parfois obligés de travailler à l’aveugle, d’où l’intérêt d’avoir des radios de chantier et la caméra pour les aider".

Jusqu’ici, les ouvriers du chantier de la Tour des Finances n’ont pas connu d'accident. Les habitants du quartier quant à eux, sont informés de l’évolution des travaux au fur et à mesure de leur avancement. Le plan communication du chantier prévoit d’ailleurs des réunions de voisinage lors desquelles la population peut s’informer. Selon Monsieur Ramacciotti, tout est fait pour éviter les perturbations, mais les réclamations concernent davantage les places de parking et les bruits. Pour minimiser ces nuisances, le chantier se soumet à différents contrôles: sonomètre, tests de poussière... Ces tests sont ensuite recueillis par des bureaux de contrôles tels que le SECO.

Margaux Leroy

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité des régions en vidéo