Liège: une asbl de police soupçonnée de malversations

Une asbl de la police de Liège est soupçonnée de malversations.
Une asbl de la police de Liège est soupçonnée de malversations. - © JOHN THYS - BELGA

Comme le révèle Sudpresse, le commissariat de police de Natalis, à Liège, a effet reçu la visite d'enquêteurs de la police judiciaire fédérale. Et il ne s'agissait pas d'une visite de courtoisie. Une asbl de la police de Liège est en effet soupçonnée de malversations.

Cette asbl, du nom de "5722 Police de Liège", a été fondée en 2005. Elle organise des événements pour les policiers actifs ou retraités : des compétitions sportives, du team building... mais aussi les Fastes de la Police, grand barnum au cours duquel les troupes sont passées en revue.

Cette asbl est directement subventionnée par la ville. "Ce sont des structures que l'on retrouve dans les services de police. Elles servent pour la vie sociale principalement, explique Fabrice Discry, délégué permanent du syndicat de police SNPS. Nous sommes par exemple à la veille de la Saint-Nicolas. Elles vont donc organiser des festivités pour les policiers et leurs familles."

Ces asbl bénéficient de subventions. Question : y a-t-il dès lors des contrôles, en interne et en externe, sur cet argent public qui est versé ? "Evidemment, nous répond notre interlocuteur. Il y a une assemblée générale des membres (généralement, des policiers qui composent les zones de police), avec un conseil d'administration qui assure la gestion courante. Et qui rend compte de l'usage des subsides à l'égard du collège, voire même du conseil de police (…) Le fait de créer des asbl a permis justement de fonctionner de manière beaucoup plus régulière par rapport aux subventions publiques."

Sur quoi portent les soupçons de malversations?    

Pour l'instant, on l'ignore. Le parquet devrait apporter de nouvelles précisions ce mercredi. Il a en tout cas bel et bien confirmé l'ouverture d'une enquête. Une enquête confiée à un juge d'instruction spécialisé dans les matières économiques et financières.

Des perquisitions ont bien été menées à l'hôtel de police Natalis, le commissariat central de la zone de police de Liège. Des auditions doivent encore avoir lieu.

Même si elle se refuse à tout commentaire, il faut préciser que c'est la police de Liège elle-même qui aurait dénoncé les faits, après un contrôle de routine au sein de cette asbl. Une asbl qui a, peut-être, pensé à son propre bien-être plutôt qu'à celui de ses policiers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK