Liège : un nouvel exemple de dumping social sur le chantier du CHC?

Liège : un nouvel exemple de dumping social sur le chantier du CHC? (Photo CHC)
Liège : un nouvel exemple de dumping social sur le chantier du CHC? (Photo CHC) - © rtbf.be

C'est une société italienne qui sous-traite le gros oeuvre du nouveau Centre Hospitalier Chrétien. Au moins une septantaine d'ouvriers étrangers viendront travailler pendant plusieurs mois à la construction du MontLégia. Voilà des années que le secteur de la construction dénonce le dumping social pratiqué par des sociétés qui ne respectent pas le salaire minimum en Belgique.

Le long de l'autoroute, le site du chantier est gigantesque: 35 hectares pour un hôpital de 100.000 mètres carrés. Investissement global, équipements compris: 360 millions d'euros, en grande partie subsidié.

C'est l'association momentanée Galère-CFE -Cit Blaton-Moury qui a obtenu le marché du gros oeuvre du Centre hospitalier chrétien. L'entrepreneur a fait appel à un sous-traitant italien qui lui fournira au moins une septantaine d'ouvriers.

Le chef de projet dément qu'ils dormiront dans des containers sur le site mais plutôt dans des appartements. Il est toutefois difficile d'obtenir plus d'informations sur leur pays d'origine et les conditions exactes de leur séjour qui durera plusieurs mois. Le site a déjà reçu une visite de contrôle de la police. Mais les premiers travailleurs devraient arriver au mois d'août. Tout se fera dans le cadre légal affirme l'entrepreneur.

Ce choix de sous-traiter la main d'oeuvre étrangère à bas salaire, l'entrepreneur le justifie par une renégociation du prix du chantier à la baisse de la part du maître d'oeuvre, le centre hospitalier chrétien. Sa porte-parole, elle, n'était pas au courant de l'arrivée de ces ouvriers étrangers.

L'unique critère de ce marché public pour la construction de l'hôpital est donc le prix le plus bas. Un critère pour les syndicats, qui devrait être modéré par d'autres critères qu'ils soient sociaux, éthiques ou environnementaux. Comme l’explique Marc Vreuls, FGTB Construction. " C’est tout à fait scandaleux de se trouver devant des chantiers qui vont engager des centaines de travailleurs temporairement, on parle de 15 mois pour le gros œuvre et cela laisse nos travailleurs sur le carreau. Ils devraient être payés, hors charges sociales, à 10, 11 ou 12 euros. Ici, ils sont souvent payés à 3, 4, 5 ou 6 euros de l’heure ".

En région liégeoise, le secteur de la construction a perdu 1400 emplois en 2 ans.

Hier, une réunion d'information publique sur les travaux était organisée par le Centre hospitalier Chrétien pour les riverains à Glain. Environ 80 riverains y ont participé. Il y fut beaucoup question du bruit des camions, des nuisances par la poussière et du trafic dans le quartier. Le CHC a promis de mettre en place dans les prochains mois, un comité d'accompagnement auquel participeront plusieurs représentants des riverains.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK