Liège: deux candidats au casier judiciaire bien fourni sur la liste cdH

Liège: deux candidats au casier judiciaire bien fourni sur la liste cdH.
Liège: deux candidats au casier judiciaire bien fourni sur la liste cdH. - © DR

Les partis politiques ont-ils la possibilité de vérifier le passé judiciaire et politique de leurs candidats? C'est en tout cas une question qui se pose suite aux révélations qui touchent deux éléments de la liste cdH à Liège. Comment des individus qui ont parfois écopé de nombreuses condamnations en Justice se retrouvent-ils sur des listes électorales? Explications.

La liste cdH de Liège n'est pas la seule concernée par le problème. A Anderlecht, c'est un candidat FDF, condamné pour vol avec effraction et association de malfaiteurs qui a été mis au ban. A Schaerbeek, une candidate MR qui a pactisé avec le FN a elle aussi été écartée.

Alors, certains partis sont-ils trop peu regardants en raison d'une certaine difficulté parfois à constituer des listes complètes et diversifiées. Ne serait-il pas plus simple d'exiger un extrait de casier judiciaire et éviter ainsi de proposer au scrutin des candidats qui ont fait l'objet de condamnations, en l’occurrence à Liège, pour coups et blessures ou pour infractions dans le cadre d'activités commerciales.

Depuis le dépôt des listes, le 25 septembre dernier, plus possible d'écarter qui que ce soit. Alors quand ces situations viennent au jour, les partis peuvent juste faire courbe rentrante et déclarer qu'ils écartent le candidat gênant. C'est ce que le comité des sages du cdH de Liège vient de décider.

Outre l'aspect moral et la publicité peu flatteuse, c'est embarrassant. Mais le cdH rappelle que son code de déontologie prévoit qu'un élu qui a fait l'objet de condamnation doit démissionner.

Najib Haddad (cdH) ne reconnaît que deux faits relevant "de la vie privée"

Najib Haddad (cdH), candidat aux élections communales de dimanche à Liège, "nie farouchement avoir fait l'objet de 13 condamnations", comme le rapportait vendredi matin un quotidien. Il reconnaît "deux faits, un en 1994 et un en 2006", et précise qu'ils relèvent "purement du domaine de la vie privée".

"J'ai pris connaissance des accusations publiquement portées contre moi (à partir d'un mail anonyme! ), sans que leur auteur ne m'ait contacté pour vérifier l'information", indique vendredi soir le 34e candidat des humanistes sur la liste pour Liège dans un communiqué à l'agence Belga.

Vendredi, La Dernière Heure rapportait dans son édition liégeoise que M. Haddad, 52 ans, avait été condamné à treize reprises entre 1994 et 2012, notamment pour coups et blessures, et qu'il aurait accepté une transaction en août dernier pour éviter des poursuites pour menaces.

"Les accusations me causent préjudice sur le plan familial, personnel et professionnel. Après les élections, j'entends défendre mon honneur par toute voie de droit", précise le candidat humaniste.

P. Scheffers et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK